- PUBLICITÉ -

Nous reconnaissons les candidats bloquistes de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desilets, de Laurentides-Labelle, Marie-Hélène Gaudreau, de Rivière-du-Nord, Rhéal Fortin, d’Argenteuil–La Petite-Nation, Yves Destroismaisons, et de Mirabel, Simon Marcil.

Bloc québécois: Un projet de loi pour interdire les brèches dans la gestion de l’offre

Les candidats du Bloc québécois dans Mirabel, Simon Marcil, dans Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desilets, dans Rivière-du-Nord, Rhéal Fortin, dans Argenteuil–La Petite-Nation, Yves Destroismaisons, et dans Laurentides-Labelle, Marie-Hélène Gaudreau, soulignent et souscrivent à l’engagement de leur chef Yves-François Blanchet, de présenter un projet de loi qui vise à interdire toute nouvelle brèche dans la gestion de l’offre. Le parti et ses candidats s’engagent à défendre les agriculteurs avec vigueur et convictions.

L’agriculture dans les Laurentides

Rappelons que près de 10 % du territoire des Laurentides est voué à l’agriculture. Il y a plus de 1 262 entreprises agricoles dispersées dans la région qui génère des revenus de plus de 320 millions $, un véritable moteur économique. La production laitière est la production agricole la plus importante de la région puisqu’elle procure 22 % des revenus agricoles.

«Nos producteurs agricoles ont été sacrifiés trois fois de suite, par les conservateurs et les libéraux, dans les accords de libre-échange. Aujourd’hui, nous constatons aussi qu’ils n’ont pas reçu un seul chèque d’indemnisation avant le déclenchement des élections. Dès notre retour au Parlement, nous allons déposer un projet de loi pour mettre fin à ce cycle de trahisons du fédéral et garantir qu’il n’y ait plus jamais de brèche dans la gestion de l’offre lors des négociations d’accords commerciaux», a déclaré Yves-François Blanchet.

Le projet de loi qu’a dévoilé le chef du Bloc québécois «modifie la Loi sur le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement afin d’interdire au ministre de négocier un accord commercial qui aurait pour effet d’affaiblir le système de gestion de l’offre».

Les partis se sont tous engagés à maintes reprises en Chambre à protéger intégralement la gestion de l’offre. Or, les conservateurs ont négocié une brèche dans la gestion de l’offre dans l’accord économique et commercial global avec l’Europe. Les libéraux ont quant à eux négocié deux brèches, dans le Partenariat transpacifique et dans l’Accord Canada—États-Unis—Mexique.

«On ne peut plus se fier à la parole donnée des partis fédéraux. Il faut les empêcher par loi de brader une nouvelle fois nos agriculteurs. Il en va de la survie de notre modèle agricole fondé sur l’entreprise familiale plutôt que la méga-industrie, sur l’occupation de notre territoire et la mise en valeur de nos régions. Le Bloc Québécois sera toujours le plus fidèle allié de nos agriculteurs et de nos régions agricoles au Parlement fédéral», a conclu Yves-François Blanchet.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top