- PUBLICITÉ -
Benoit Charette profite de la vague caquiste sur la Rive‑Nord

Le candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans Deux-Montagnes

Benoit Charette profite de la vague caquiste sur la Rive‑Nord

De retour dans la circonscription de Deux‑Montagnes

Le candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans Deux-Montagnes, Benoit Charette, a été élu par 731 voix de majorité sur son plus proche concurrent, le péquiste Daniel Goyer, lundi soir dernier, au cours d’une élection qui a fait table rase un peu partout dans la province, alors que les Québécois ont choisi d’élire un gouvernement libéral majoritaire.

Cette performance de la CAQ, Benoit Charette l’attribue grandement à la résilience de sa formation politique qui, aux premières heures du déclenchement des élections, faisait figure de négligée: «Cette campagne a été un long marathon et, au tout début il y a cinq semaines, nos supporteurs ont fait une véritable profession de foi alors que nous n’étions qu’à 12 ou 13 % dans les sondages», a‑t‑il analysé, en entrevue à son point de ralliement eustachois, la salle de billard Le Patriote, tout juste après avoir obtenu la confirmation qu’il était de nouveau en service dans Deux‑Montagnes.

«Je suis heureux pour notre chef, François Legault, qui n’a jamais abandonné et a fait mentir les sondeurs. Les premiers sondages nous donnaient en effet 2 ou 3 députés, alors que nous en sommes à 22. C’est aussi un signal très fort lancé au Parti québécois (PQ), qui n’est pas arrivé à se renouveler», a‑t‑il poursuivi. La seule ombre au tableau, selon M. Charette, est l’élection d’un gouvernement du Parti libéral du Québec majoritaire. M. Charette estime que la CAQ formera la véritable opposition à Québec.

Dans sa victoire, Benoit Charette a tout de même tenu à saluer le député sortant Daniel Goyer, pour qui il dit avoir un grand respect. «Daniel Goyer a été dévoué. Je salue son engagement. Je salue aussi tous les autres candidats, Luc Leclerc du Parti libéral du Québec, Duncan Hart Cameron de Québec solidaire, Alec Ware du Parti équitable et Louis-Félix Cauchon d’Option nationale. Peu importe le résultat, ils ont affiché leur engagement envers la population, et ils méritent notre respect.»

Remerciant sa famille et tous ceux et celles qui ont contribué à sa victoire, M. Charette a annoncé sur place que sa proche collaboratrice Nicole Steben serait de retour avec lui à titre de responsable du bureau de comté. Car il faut bien préciser ici qu’il s’agit d’un retour à la politique active pour M. Charette, lui qui avait été élu député de Deux-Montagnes en 2008, une première fois sous la bannière péquiste avant de siéger comme indépendant, puis comme membre de la CAQ, avant de laisser son siège au député sortant actuel, Daniel Goyer. Étant donné que le réseautage avec le milieu est déjà établi, M. Charette estime que son équipe pourra être opérationnelle très rapidement. Des coordonnées téléphoniques seront dévoilées sous peu en attendant que son bureau soit inauguré en bonne et due forme.

Sur le plan local, le nouveau député caquiste a identifié l’Hôpital de Saint-Eustache comme étant l’enjeu majeur de la circonscription de Deux-Montagnes. «Le problème de sous-financement reste entier», a‑t‑il indiqué, soulignant qu’il doit aussi voir les responsabilités qui lui incomberont sur le plan national à la CAQ.

Benoit Charette a finalement tenu à remercier les électeurs de la circonscription de Deux-Montagnes pour la confiance qu’ils lui ont donnée.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top