- PUBLICITÉ -
Benoit Charette: Combattre la tenue d'un référendum

Benoit Charette

Benoit Charette: Combattre la tenue d’un référendum

Candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Deux-Montagnes, Benoit Charette estime que, s’il est irresponsable de tenir un référendum dans le prochain mandat, il est tout aussi irresponsable de la part du Parti québécois (PQ) et de Daniel Goyer d'alimenter le flou quant à leurs intentions.

(NDLR) – Communiqué de presse émis par le candidat de la Coalition avenir Québec dans Deux-Montagnes, Benoit Charette.

Selon le candidat caquiste, l’enjeu est trop important pour manquer de transparence. «On connaît trop bien la tactique du PQ: remporter une majorité de sièges à l’Assemblée nationale sans parler de référendum et de souveraineté, pour ensuite nous faire plonger, sans mandat, dans un 3e épisode référendaire. Non seulement je voterais non, mais je prends l’engagement de combattre la tenue d’un référendum une fois élu député si le PQ devait conserver le pouvoir», a déclaré, par voie de communiqué de presse, l’ancien député de Deux‑Montagnes.

À son avis, tout joue contre le projet souverainiste en ce moment: «Les finances publiques sont mises à mal, l’économie tourne au ralenti et la dette du Québec est galopante. Penser à un référendum dans pareil contexte est totalement irresponsable! Le Québec est sorti extrêmement fragilisé des deux derniers référendums et marginalisé dans l’ensemble canadien. Cela affecte grandement son pouvoir économique et politique. Le PQ et Daniel Goyer doivent cesser de rêver et prendre acte de la réalité.»

Le candidat de la CAQ a ajouté que le gouvernement fédéral verse plus au Québec par année qu’il y perçoit en revenus. «Il ne s’agit pas de propagande fédéraliste. C’est la conclusion à laquelle arrive le PQ dans son dernier budget. Les chiffres se retrouvent dans la section F du Plan budgétaire déposé par le ministre des Finances, et qu’a applaudi Daniel Goyer!» a insisté M. Charette.

Ce dernier a précisé que le total des transferts fédéraux pour l’exercice 2014‑2015 atteindra le record de 16,5 G$, sur un budget de 71,5 G$ ou 23 %. Le Québec touchera: 9,286 G$ en péréquation; 5,238 G$ en transferts pour la santé; 1,571 G$ pour l’enseignement supérieur et autres programmes sociaux; 833 M$ venant de divers autres programmes. Il faut soustraire de ces sommes l’affectation de 430 M$ au financement des établissements de santé et de services sociaux.

À 9,3 milliards de dollars, le paiement de péréquation que recevra le Québec sera le plus élevé parmi les provinces bénéficiaires, en raison de l’importance de sa population et de sa piètre croissance économique.

«Seul le PQ est capable de nous replonger dans une dynamique référendaire dont les gens ne veulent pas entendre parler. Une fois élu, je consacrerai mes énergies sur la création d’emplois. Notre économie a besoin de toute notre attention, et non pas d’un autre référendum», a conclu Benoit Charette.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top