- PUBLICITÉ -
Avec Angèle Lauzon: La musique pour faire plaisir et faire danser

Angèle Lauzon joue du clavier

Avec Angèle Lauzon: La musique pour faire plaisir et faire danser

La musique et la chanson permettent de purs moments de réjouissance, et ce, surtout en décembre à l’approche du temps des Fêtes, où les réunions de famille et de groupes sont fort nombreuses. Et parmi ceux qui animent ces heureux moments, il y a Angèle Lauzon, une musicienne de talent dont le métier est d’animer les réjouissances pour les groupes d’âge d’or et les personnes en résidences.

Angèle Lauzon, c’est celle qui anime depuis trois ans les dîners, les après‑midi, les soupers et les soirées au Chalet du Ruisseau, dans le secteur de Saint-Benoît, à Mirabel. «Nous l’aimons beaucoup parce qu’elle fait beaucoup de musique pour les danses en ligne», de dire Ghislaine, du Club de l’âge d’or de Saint‑Benoît.

Angèle joue de la musique depuis 40 ans. Elle a fait son baccalauréat en musique et enseigne le piano, le clavier et l’accordéon. Mais dans le contrat qu’elle a décroché au Chalet du Ruisseau pour animer les soirées des clubs de l’âge d’or, elle s’est retrouvée dans un autre monde majoritairement composé de danseurs. Elle a dû apprendre et s’adapter.

Dès le départ, elle avoue avoir eu des doutes sur sa capacité à jouer pour ces groupes. Elle savait à peine danser le continental. C’est la présidente du Club d’âge d’or de Saint-Eustache, Gisèle Mainville, qui lui a lancé une bouée de sauvetage. «Elle a bien vu, raconte Angèle, que j’étais décontenancée et que je faisais pitié. Très généreuse, elle m’a invitée chez elle et m’a donné 33 disques compacts de musique de danse en ligne. J’ai fait mes devoirs pour apprendre les nombreuses danses. Je vais toujours être reconnaissante envers cette dame.»

Elle ajoute: «Pour l’âge d’or, c’est deux danses de ligne, une danse de groupe et une danse sociale. Une danse de groupe, ce sont des couples qui font d’extraordinaires chorégraphies. Ils font un beau spectacle. Ça tourne tous en même temps. C’est quelque chose de les voir danser.»

Angèle Lauzon a même adapté des danses de ligne avec des chansons de Noël, dont Glory Alleluia en continental, et Vive le vent en «cap driver». Les danseurs ont une superbe chorégraphie de valse lente avec Sur le sentier de neige. Elle joue aussi Christmas cha cha.

De son côté, le propriétaire du Chalet du Ruisseau, Alain Brunet, apprécie beaucoup le talent d’Angèle: «Nous avions, dit‑il, un gros groupe avec sept autobus, dont certains en provenance de Gatineau et de Thetford. Elle a même réussi à faire chanter le père Noël au grand plaisir des gens présents.»

Quand la musicienne fait des résidences pour personnes âgées, le moment fort de la soirée, c’est quand elle sort son accordéon. Elle fait beaucoup de musettes avec, entre autres, Sous les ponts de Paris et Partons la mer est belle. «Ce sont des airs que les gens connaissent et adorent.»

Dans un CHSLD, Angèle sait que le plancher de danse ne sera pas très encombré, mais le but de sa prestation, c’est de faire du bien aux résidents malades. «L’an passé, au Centre d’hébergement de Saint-Benoît, après un spectacle, j’étais en train de ranger mes instruments. Une infirmière est venue me raconter qu’un résident était venu en marchette pour le spectacle. Il avait tellement aimé sa soirée qu’il est reparti à sa chambre sans avoir mal nulle part et sans prendre sa marchette. L’infirmière a ajouté: “Madame, vous avez fait un miracle”.»

Depuis quelques années, le jour de Noël, Angèle fait le tour des chambres avec son accordéon au Centre d’hébergement de Saint-Benoît. «Ce n’est pas évident. Je rencontre souvent les enfants des parents en fin de vie. Comme ce sera probablement le dernier Noël en leur compagnie, ce sont les enfants qui se mettent à pleurer à cause de ma musique. Je trouve cela difficile à chaque année. C’est vraiment ma bonne action de Noël.»

 

 

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top