- PUBLICITÉ -
Après le Grand Défi Pierre Lavoie, c’est l’heure de redonner aux élèves

Photo Benoît Bilodeau

En compagnie d’élèves, France Paquette, Mélanie Savard-Côté et Johanne Charest montrent le chèque de 3 493 $, qui a été remis à l’école Liberté-Jeunesse.

Photo Benoît Bilodeau

La directrice de l’école Liberté-Jeunesse, France Paquette, a accepté avec grand plaisir le chèque que lui a remis la docteure Mélanie Savard-Côté.

Photo Benoît Bilodeau

À l’intérieur d’un dôme bleu, des élèves s’initient au vélo stationnaire.

Photo Benoît Bilodeau

Johanne Charest, technicienne en loisirs à l’école Liberté-Jeunesse, et Mélanie Savard-Côté, participante au plus récent Grand Défi Pierre Lavoie, n’ont pu résister à l’envie de pédaler sur des vélos stationnaires.

Après le Grand Défi Pierre Lavoie, c’est l’heure de redonner aux élèves

Pour la docteure Mélanie Savard-Côté

Après avoir pédalé sur quatre jours des centaines de kilomètres, dans le cadre du Grand Défi Pierre Lavoie, un défi beaucoup moins éreintant attendait la docteure Mélanie Savard-Côté lorsque celle-ci s’est présentée à l’école Liberté-Jeunesse, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, au mois de novembre dernier. C’est que celle-ci y allait pour remettre les fonds amassés à la suite de sa participation à cet événement.

Et c’est finalement un chèque d’un montant de 3 493 $ que la docteure Savard-Côté a présenté aux élèves qui étaient réunis à la cafétéria de l’école que fréquentent d’ailleurs ses enfants et qui explique donc son choix. Car, une participation au Grand Défi Pierre Lavoie implique que chaque participant doit s’associer à une école de son choix pour inciter les élèves de celle-ci à adopter de saines habitudes de vie.

Une expérience unique

«Ç’a été une expérience unique, une expérience que je vais porter en moi toute ma vie, même si la température n’était pas adéquate, selon ce qu’on m’a dit, cette année pour les cyclistes. En contrepartie, la population nous a pleinement encouragés et ç’a été porteur pour nous tous! Et il y a beaucoup d’entraide entre les cyclistes. J’ai donc beaucoup reçu à titre de cycliste et je suis donc heureuse aujourd’hui de redonner aux élèves et d’être, peut-être, un modèle pour eux, comme l’est Pierre Lavoie, car j’ai à cœur la promotion de l’activité physique» , de confier, en entrevue, quelques minutes avant la remise officielle du chèque, celle qui avait été recrutée par l’Association des médecins omnipraticiens de Laurentides-Lanaudière (AMOLL) pour faire partie de l’équipe de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec.

Avec son équipe, qui comprend cinq cyclistes et un chauffeur, celle qui a pris racine à Sainte-Marthe-sur-le-Lac il y a une quinzaine d’années a finalement effectué, seule ou en équipe de deux, 400 kilomètres sur les 1 000 que comporte le Grand Défi Pierre Lavoie.

Devant les élèves, la cycliste les a invités à se fixer des objectifs et à les atteindre. «Ça nous rend vraiment fier» , leur a-t-elle dit, tout en les conviant à s’impliquer dans l’organisation et à participer à l’événement la «grande nuit» , qui aura lieu au printemps prochain, et au cours duquel les participants devront effectuer un parcours nocturne.

De premières retombées

Déjà, les élèves de l’école marthelacquoise ont été en mesure de bénéficier des retombées de cette participation de Mélanie Savard-Côté au Grand Défi Pierre Lavoie, puisque plusieurs d’entre eux, la journée même de cette remise, ont eu l’occasion d’effectuer du vélo stationnaire dans un dôme qui avait été aménagé à l’extérieur. À l’intérieur, environ 200 jeunes se sont relayés, soit dans le cadre de leur cours d’éducation physique ou comme activité sur l’heure du midi, pour y effectuer un programme d’entraînement d’une trentaine de minutes.

«C’est pour initier les élèves du deuxième cycle à ce genre d’activité d’entraînement. Les jeunes sont vraiment excités et on a même manqué de places à certains moments. Mais, on veut reprendre l’expérience un peu plus tard pour initier, cette fois, les jeunes du premier cycle» , d’expliquer Johanne Charest, technicienne en loisirs à l’école Liberté-Jeunesse.

À l’intérieur, effectivement, les élèves pédalaient avec entrain au son de la musique, tout en suivant sur des écrans interactifs le parcours virtuel qu’ils avaient à effectuer. Le dôme en question avait été loué pour la journée, à Entraînement MOTIV, une compagnie d’Oka qui propose un service d’entraînement mobile, offert là où seront les participants, que ce soit à l’école ou à un lieu de travail.

Le défi de la docteure Mélanie Savard-Côté d’inciter les élèves à adopter de saines habitudes de vie a donc commencé à porter fruit…

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top