- PUBLICITÉ -
Antoinette Layoun répand la paix intérieure

Antoinette Layoun est lauréate du Prix de la paix du public 2016.

Antoinette Layoun répand la paix intérieure

Thérapeute et maître-yoga, Antoinette Layoun a récemment remporté le Prix du public pour la paix 2016 en qualité d’artisane et tisserande de paix sociale intérieure. Celle qui fut jadis un enfant-soldat dans son pays d’origine, le Liban, «maîtrise à la perfection l’art d’enseigner le chemin de la paix en soi pour le transposer dans une vie aimante et constructive».

C’est du moins le constat qui émane des nombreux commentaires publiés sur le site [prixpublicpaix.org]. Ces commentaires, plus élogieux les uns que les autres, ont d’ailleurs valu à Mme Layoun d’être sacrée lauréate. Alors que les «bravo», «merci» ou tout autre adjectif d’appréciation qui étaient partagés sur ce site, tout comme les «J’aime» sur Facebook, équivalaient à un vote, les partages sur Facebook donnaient droit à deux votes tandis que les commentaires d’appréciation correspondaient à trois votes. La personne qui recevait le plus de votes dans chacune des catégories était couronnée gagnante.

«Je n’étais pas au courant que des personnes avaient posé ma candidature, a d’abord lancé Antoinette Layoun, propriétaire, depuis une vingtaine d’années, de l’Universcité Antoinette Layoun, à Deux-Montagnes. Quand je l’ai appris, a-t-elle poursuivi, sur le coup, je me suis demandé pourquoi ? J’étais gênée car je ne fais pas ce que je fais pour récolter des honneurs.»

Puis, les commentaires ont commencé à apparaître sur le site du Prix pour la paix, parfois écrits par des gens qu’elle n’avait jamais même rencontrés, mais qui avaient assisté à l’une ou l’autre des conférences qu’elles donnent, sur le Web, entre autres.

«Elle parcourt le monde pour sensibiliser les autres à la paix, oui entre eux, mais surtout en eux», écrit Isabelle. «De par son amour pur de l’humain, elle sait transformer chaque situation du quotidien en opportunité de création de paix à l’intérieur», renchérit Chantal. «Ma vie fut transformée depuis que je l’ai rencontrée !», insiste Viviane. «En suivant son cœur et sa mission, elle aide les gens à transformer leur état de guerre en état de paix», de dire Clémence.

Et les commentaires se poursuivent ainsi, étalés sur une trentaine de pages.

Cheminement personnel

Après avoir poursuivi des études universitaires en psychologie à l’Université d’Ottawa et touché un peu à la politique, Antoinette Layoun a découvert les bienfaits du yoga, au début de la vingtaine, en lisant Autobiographie d’un Yogi, un livre qui traite de la façon de transformer ses idées et ses émotions afin de vivre en harmonie avec soi-même. «Quand j’ai lu ce livre, c’est comme si je venais de découvrir un trésor !», dit-elle à ce sujet avant d’ajouter que c’est à ce moment, à la suite de cette lecture, qu’elle a su ce qu’elle voulait faire de sa vie.

En raison de ses expériences passées, celles vécues à titre d’enfant-soldat notamment, elle a rapidement compris que la guerre n’existe pas uniquement en brandissant un fusil ou en lançant des bombes, mais que chaque personne est aussi en guerre avec elle-même, tentant constamment de résoudre des conflits intérieurs, des luttes internes qui, inévitablement, se transposent dans ses relations interpersonnelles.

«C’est là que j’ai décidé de me comprendre, de me changer et de trouver des moyens d’être en paix en me réalisant pleinement dans qui je suis. Si une personne n’est pas bien en-dedans d’elle-même, si elle n’est pas en paix, il y a une partie d’elle qui ne se réalise pas, un espace qui n’est pas en harmonie», a insisté Mme Layoun qui, depuis, consacre sa vie à aider les les gens à se connaître pleinement en allant puiser au fond d’eux-mêmes.

«Pour moi, c’est ça la paix ! Ce n’est pas uniquement que de cesser le feu», a-t-elle conclu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top