- PUBLICITÉ -
À Deux-Montagnes: Les cols bleus en grève le 26 février

Les cols bleus ont fait une sortie-surprise devant l’hôtel de ville

À Deux-Montagnes: Les cols bleus en grève le 26 février

Si aucune entente n’intervient sous peu avec la partie patronale, les cols bleus de la Ville de Deux-Montagnes pourraient tenir une journée de grève de 12 heures, le 26 février prochain.

Sans contrat de travail depuis décembre 2011, les employés membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) ont voté à l’unanimité en faveur de moyens de pression qui pourraient aller jusqu’à la grève, lors de l’assemblée générale ayant eu lieu le 21 janvier dernier.

Ils ont d’ailleurs manifesté leur mécontentement face à l’absence de négociations avec la direction de la Ville, munis de pancartes devant l’hôtel de ville, le 14 février dernier, juste avant la séance du conseil municipal.

René Cusson, président du Syndicat des cols bleus de la Ville de Deux-Montagnes, et Yves Raymond, qui en est le vice-président, interprètent l’attitude de la direction générale comme «un manque flagrant de volonté à régler le contrat de travail échu depuis décembre 2011».

Visitez lamoisson.com
- Publicité -

«Le directeur général, Jean Langevin, considère, d’après lui, qu’il vaut mieux faire danser et valser le tout jusqu’à l’élection prochaine d’un nouveau maire et conseil», stipulent-ils.

Bien qu’un renouvellement de leur convention collective jusqu’en 2014 soit souhaitable, les deux membres du comité de négociation affirment qu’un contrat jusqu’à la fin de 2013 aurait pu être accepté. Mais le directeur général a préféré se tourner vers un médiateur, font remarquer M. Cusson et M. Raymond, démarche qu’ils perçoivent comme une tentative de gagner du temps.

M. Raymond affirme que le syndicat a demandé une augmentation de 3 % plus 1 % en montant forfaitaire pour rattraper la parité avec les autres groupes de travailleurs de la Ville, proposition qui a été refusée. Il considère que cette demande ne comble même pas la parité.

Pour le syndicat des cols bleus, le vrai problème qui se pose actuellement entre la Ville et ses cols bleus relève d’un problème de gestion financière au sein même de l’administration municipale. Le syndicat estime qu’il y a une surévaluation des règlements d’emprunt pour certains travaux, rendant ainsi l’argent indisponible pour augmenter les employés cols bleus.

«C’est un peu farfelu comme idée, répond le maire Marc Lauzon, avant d’ajouter: On ne peut pas prendre l’argent des règlements d’emprunt et le mettre ailleurs. Ça ne fonctionne pas comme ça. Les normes et les lois ne fonctionnent pas comme ça.»

Le maire Lauzon affirme que les dépenses actuelles de la Ville sont plus fortes que l’inflation. «Il faut qu’ils comprennent que ce sont les citoyens qui paient à l’autre bout», dit-il.

Celui-ci affirme que la direction générale a rencontré le syndicat la semaine dernière. «Si je peux régler la convention collective avant de partir, je vais le faire. Mais je me verrais mal donner des cadeaux. On est prêts à leur donner l’équivalent de 2 % comme augmentation. C’est ce qui est sur la table, ça peut se négocier. On n’est pas fermés», a laissé savoir le maire Lauzon, en entrevue téléphonique vendredi matin.

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top