- PUBLICITÉ -

Tout comme ses collègues de Laval et des Basses-Laurentides, le maire de Deux-Montagnes, Denis Martin, se réjouit des investissements annoncés.

A-15: les maires de Laval et des Basses-Laurentides applaudissent les investissements

Le Regroupement des maires de Laval-Basses-Laurentides, représentant 19 municipalités et plus d’un million de citoyens, applaudit chaleureusement les investissements majeurs pour décongestionner l’autoroute 15.

Les investissements d’une valeur de 1,5 milliard de dollars, annoncés par le ministre des Transports, François Bonnardel, auront l’effet d’un baume pour tout le réseau routier au nord de Montréal, estiment les élus.

Plus particulièrement, la mise en place de plusieurs voies réservées répond aux attentes des maires du regroupement. Rappelons qu’il s’agissait de l’une de leurs priorités à l’issue du Forum sur la mobilité et le transport collectif, en 2018.

«L’ajout de voies réservées permettra d’améliorer concrètement le transit de citoyens dans les Basses-Laurentides. Je salue l’annonce du ministre Bonnardel et je le remercie d’être à l’écoute des revendications des maires de Laval-Basses-Laurentides», explique le maire de Blainville et préfet de la MRC Thérèse-De Blainville, Richard Perreault.

«En plus du stress et de l’inconfort, la congestion routière a un coût astronomique pour nos communautés. Une annonce comme celle-ci est à la fois un investissement social et économique», rappelle le maire de Deux-Montagnes et préfet de la MRC du même nom, Denis Martin.

Les maires de Laval et de Terrebonne, Marc Demers et Marc-André Plante, abondent dans le même sens.

«En améliorant considérablement la fluidité sur nos routes, on permet à nos familles de passer davantage de temps de qualité ensemble», mentionne M. Demers.

«En faisant le choix du transport collectif, le gouvernement permettra d’améliorer la mobilité tout en luttant contre le smog urbain. C’était la meilleure option sur la table pour permettre la décongestion de la région au bénéfice des générations futures», fait valoir de son côté M. Plante.

Il est estimé que les coûts de la congestion atteindront 1,5 G$ en 2021 et que 50 millions d’heures seront perdues annuellement dans les transports.

Les maires des 19 municipalités membres réitèrent leur volonté ferme d’assurer une meilleure mobilité sur l’ensemble du territoire de Laval et des Basses-Laurentides, et ce, en collaboration avec le gouvernement du Québec.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top