- PUBLICITÉ -

Photo Benoît Bilodeau – Yves-Cédric Koyo, coordonnateur du développement économique à la MRC de Deux-Montagnes.

COVID-19: La MRC de Deux-Montagnes en soutien aux entreprises d’ici

Si l’économie roulait rondement l’an dernier, la situation est toute autre cette année en raison de la crise sanitaire qui a cours depuis le printemps dernier. Toutes les régions du Québec en subissent bien évidemment les contrecoups sur le plan économique, y compris sur le territoire de la MRC de Deux-Montagnes, avec les répercussions que cela entraînent pour les gens d’affaires.

S’il est difficile à ce moment-ci de chiffrer précisément les impacts qu’a cette pandémie dans la région immédiate, une chose est sûre, c’est que les entreprises ont toutes, à différents niveaux, été touchées; certaines ayant même été contraintes de fermer définitivement leurs portes comme, par exemple, le Centre sportif Saint-Eustache et le Salon de quilles Terminus, tout comme certains restaurants.

«Présentement, nous n’avons pas de données réelles sur les fermetures d’entreprises sur le territoire. Nous pouvons assurément dire que le secteur de la restauration est durement touché», d’indiquer Yves-Cédric Koyo, coordonnateur du développement économique à la MRC de Deux-Montagnes, dont l’apport pour soutenir les entrepreneurs s’avère important ces temps-ci.

Deux programmes d’aide financière

Pour justement venir en aide aux entreprises touchées, la MRC de Deux-Montagnes a reçu, en mars dernier, du gouvernement du Québec, une enveloppe budgétaire de quelque 1,14 M$ dans le cadre d’un nouveau programme d’aide financière, appelé le Programme d’aide d’urgence aux PME (PAUPME).

En date du 16 septembre, le service de développement économique de la MRC de Deux-Montagnes, précise Yves-Cédric Koyo, avait reçu 47 demandes, provenant majoritairement de Saint-Eustache (107). Vingt des dossiers soumis avaient été approuvés (pour une aide totale de 884 000 $) et 24 autres refusées, alors que trois promoteurs, dont les demande avaient été acceptées, ont finalement décliné l’offre de financement.

Également, depuis le 1er octobre, à la suite de la fermeture de certains secteurs d’activités, un nouveau volet a été ajouté au programme, celui de l’Aide aux entreprises située dans les régions en alerte maximale (AERAM). Ce volet s’adresse notamment aux restaurants, salles d’entraînement physique, bars et les discothèques, microbrasseries, distilleries, cinémas et salles où sont présentés des arts de la scène, y compris les lieux de diffusion.

À ce jour, d’indiquer Yves-Cédric Koyo, pour ce programme d’aide additionnel, 60 demandes ont été reçues par la MRC de Deux-Montagnes, majoritairement de la part de propriétaires de restaurants, bars et de centre de conditionnement physique. Huit de ces demandes ont été acceptées et 52 étaient en cours d’analyse au moment d’écrire ces lignes.

Un comité de relance économique

Par ailleurs, dès le mois de mars, un comité de relance économique a été formé afin de soutenir les entreprises à faire face aux impacts de la pandémie. Ce comité est composé de la MRC de Deux-Montagnes et des sept villes et municipalités qui en font partie, d’IDÉ Saint-Eustache (l’organisme de développement économique de la Ville de Saint-Eustache), la Chambre de commerce et d’industrie MRC de Deux-Montagnes (CCI2M) et Tourisme Basses-Laurentides.

Durant l’été 2020, le comité de relance a ainsi contribué à la réalisation de six capsules vidéos pour promouvoir, avec comme thème «Esprit local, j’achète!», les produits locaux de la MRC. Ces capsules, diffusées sur différentes plateformes, mettaient en vedette le skieur acrobatique Mikaël Kingsbury, ambassadeur de Tourisme Basses-Laurentides. Aussi, chaque lundi, des trucs et astuces ont été diffusés sur les réseaux sociaux pour donner des conseils aux PME pour contrer les impacts de la pandémie.

Et, enfin, pour la période des Fêtes à venir, le concept «Esprit local, j’achète!»a été adapté pour devenir «Esprit des fêtes local, j’achète!» afin de contribuer à la relance économique. L’initiative se décline en une campagne de promotion de l’achat local, articulée autour d’un concours qui s’adresse aux consommateurs et qui vise à faire la promotion de 32 commerces d’ici, ainsi que des produits locaux. Vingt personnes auront la chance de gagner un panier-cadeau d’une valeur de 800 $, contenant des produits achetés des 32 commerces participants, à raison d’un lot par jour, du 1er au 20 décembre prochain.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top