- PUBLICITÉ -
5 000 $ pour la sécurité de jeunes élèves

5 000 $ Pour La Sécurité De Jeunes élèves

5 000 $ pour la sécurité de jeunes élèves

Parent accompagnateur

Le projet Parent accompagnateur peut compter sur un nouveau financement à la hauteur de 5 000 $ de la part du Groupe Mathers. Cet appui a été confirmé, le 18 septembre, à Saint-Eustache, non loin de l’école Horizon-Soleil, par le conseiller municipal du quartier des Îles, Raymond Tessier, au nom de MM. Jean-Guy et Robert Mathers.

Le projet Parent accompagnateur peut compter sur un nouveau financement à la hauteur de 5 000 $ de la part du Groupe Mathers. Cet appui a été confirmé, le 18 septembre, à Saint-Eustache, non loin de l’école Horizon-Soleil, par le conseiller municipal du quartier des Îles, Raymond Tessier, au nom de MM. Jean-Guy et Robert Mathers.

On précise que ce projet permet un trajet plus sécuritaire pour les élèves de l’école primaire. En effet, il a été initié il y a une quinzaine d’année par M. Tessier, avec la participation financière des dirigeants de l’entreprise eustachoise. On stipule qu’à ce jour, une trentaine d’écoliers profitent de l’aide d’un parent accompagnateur. Ce dernier prend le rôle d’un brigadier aux abords de l’école Horizon-Soleil, au coin des rues Saint-Laurent et Hamel.

«À ses débuts, il s’agissait d’un projet pilote. L’administration municipale s’est rendu compte que l’artère ne rencontrait pas les critères pour se munir de la présence d’un brigadier scolaire au coin des dites rues. Les gens et les parents étaient inquiets, donc j’ai imaginé un projet lié à la sécurité routière qui reliait les retraités et les enfants. J’ai rencontré les responsables du Groupe Mathers pour une commandite du projet. Ils ont accepté de nous aider» , de raconter le conseiller municipal du quartier.

Visitez lamoisson.com
- Publicité -

Pour la sécurité des enfants

Le projet a trouvé une pertinence rapidement. La présence de ces parents accompagnateurs est importante. Beaucoup de voitures y passent. On invite toujours les automobilistes à la prudence, au respect des limites de vitesse, pour le bien des enfants et de l’adulte, qui n’a pas les pouvoirs d’un brigadier scolaire en devoir. «Les parents accompagnateurs traversent la rue avec les enfants, sans arrêter les automobiles. Ils n’ont pas le droit, étant des adultes bénévoles» , de conclure M. Tessier, heureux de constater la poursuite et la longévité de son initiative.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top