- PUBLICITÉ -
40 ans d'entraide, de partage et d'engagement

Un moment d'émotion et de plaisir pour Claudette Chaput, la présidente du conseil d’administration, et Robert Grégoire, le directeur général du Centre d'entraide Racine-Lavoie.

40 ans d’entraide, de partage et d’engagement

Centre d'entraide Racine-Lavoie

C'est dans une ambiance de fête que s'est déroulée la dernière assemblée générale annuelle du Centre d'entraide Racine-Lavoie, le 29 octobre dernier, alors que l'organisme soulignait ses 40 ans d'existence

Plusieurs membres et bénévoles s’étaient réunis dans la salle de réunion où ils ont partagé un repas communautaire avant de déguster le gâteau d’anniversaire et un verre de mousseux.

C’était l’une des dernières occasions pour le directeur général actuel, Robert Grégoire, de prendre part aux activités du groupe de façon régulière, puisque celui-ci partira à la retraite en janvier prochain.

Il avait d’ailleurs inséré un mot de remerciement à l’intention des membres de son équipe et des bénévoles dans le rapport d’activités remis au cours de la réunion. «Je quitte avec le sentiment d’avoir apporté à l’organisme une contribution significative. Mais j’ai aussi beaucoup reçu: peut-être même plus que je n’ai donné», peut-on y lire.

M. Grégoire pourra quitter fièrement le poste qu’il occupe depuis 1989. Sa contribution est remarquable. Après la vaste étude sur la pauvreté qu’il a menée au début des années 1990, il a ajouté des services d’envergure en plus d’instaurer de nouveaux partenariats, adaptant ainsi la mission de l’organisme aux nouvelles réalités socio-économiques locales.

Créé en 1972 par le curé de Saint-Eustache d’alors, André Racine, sous le nom de Mariage Secours, l’organisme coordonné par Thérèse Lavoie offrait à l’origine un service d’entraide conjugale.

C’est d’ailleurs pour leur rendre hommage que l’organisme, devenu entre-temps le Centre d’entraide Saint-Eustache, a été rebaptisé Centre d’entraide Racine-Lavoie en 1997.

Après avoir emménagé dans la belle maison Richelieu de la rue Dorion, à Saint-Eustache, en 1975, l’organisme a délaissé peu à peu son rôle de soutien aux couples pour se consacrer aux familles et aux personnes en difficulté.

En 2002, le Centre d’entraide est devenu propriétaire de la maison Richelieu, qui appartenait jusqu’alors au Club Richelieu. Sept ans plus tard, la maison a été agrandie et entièrement rénovée, tout en gardant un cachet de 1931, année de sa construction.

Mais si l’organisme a connu de profondes transformations en 40 ans, ses valeurs sont toujours restées les mêmes: entraide, partage et engagement au sein de la communauté.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top