- PUBLICITÉ -
Vent d’est - 15 juin 2011

Vent d’est – 15 juin 2011

Analyse de l’eau au Jardin des Sources, à Sainte-Thérèse

Selon la Ville de Sainte-Thérèse, il n’y a pas lieu de s’inquiéter de l’état des plans d’eau situés au Jardin des sources. C’est du moins ce que la mairesse Sylvie Surprenant a déclaré après qu’une poignée de citoyens eurent manifesté leur inquiétude: plaques gélatineuses et autres matières flottant sur la surface de l’eau. «Selon les analyses obtenues, il n’y a pas de problématique pour l’instant, aucune toxicité et, par conséquent, aucune mesure à prendre», a-t-elle dit. Ces recommandations se résument à l’installation de panneaux avisant les gens de ne pas toucher à l’eau et commandent la révision des méthodes d’entretien de la pelouse, principalement sur les pourtours des berges. Quant au rôle des éoliennes situées en bordure du parc, il a soulevé des interrogations de la part du chef du parti Vision Action Sainte-Thérèse, Christian Charron. «On nous a dit que ce sont les éoliennes qui font remonter les matières indésirables à la surface de l’eau», a-t-il dit. Cette affirmation a fait réagir le directeur général adjoint aux opérations, Robert Asselin. «Vérifiez vos sources parce que le représentant du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs nous a dit le contraire. Il nous conseille plutôt de nous assurer de leur bon fonctionnement.»

Taxe d’eau impayée de la communauté juive hassidique

Le Tribunal de la Cour du Québec vient encore une fois de trancher en faveur de la Ville de Boisbriand dans le litige opposant cette dernière à la communauté juive hassidique. La communauté devra donc régler la facture de taxe d’eau de plusieurs de ses édifices, impayée depuis 2005, soit la somme de 1 353 141,75 $, avec intérêts au taux de 18 % l’an à compter du 22 février 2011, sur la somme de 823 113,01 $. La dernière facture payée par la communauté remontait à juin 2005, ce qui lui a valu, de la part de la Ville, une première mise en demeure déposée en novembre 2006, suivie d’une seconde demande de paiement, en mai 2007, et du dépôt d’un recours, un mois plus tard. Le montant des taxes impayées s’élevait alors à 355 575 $. Le 2 décembre 2008, une requête amendée était déposée: la réclamation s’élevait désormais à 628 863,37 $.

Vitesse excessive à Sainte-Thérèse

Un groupe de citoyens résidant dans le secteur du chemin du Ravin et de la rue Sherbrooke, à Sainte-Thérèse, s’est présenté à l’assemblée publique du conseil municipal pour venir afficher son inquiétude face à la vitesse excessive des automobilistes d’une part, mais aussi au fait que des jeunes descendent à vive allure le chemin du Ravin, qui en planche à roulettes, qui en vélo. Il appert qu’une longueur de quelque 225 mètres de la rue sert littéralement de piste de course aux plus téméraires, faisant craindre le pire à chaque fois. Par ailleurs, on s’explique mal qu’un panneau d’arrêt, autrefois situé à l’intersection du chemin du Ravin et de la rue Sherbrooke, ait, à un moment, été tout bonnement retiré. La mairesse a assuré qu’un suivi de la part de la direction générale à cet effet sera fait.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top