- PUBLICITÉ -
Une cuvée féminine 2001 fort talentueuse

À la barre de l’équipe de l’Attak, les entraîneurs Érik Paradis, François Proulx et Stéphane Proulx pouvaient compter sur les Sharlie Gagnon, Béatrice Martineau, Roxanne Turcotte, Alicia Dupont-Proulx, Maxime Dellazizzo, Audrey-Anne Paradis, Laurence Proulx, Alexia Hotte, Jessica Leymarie, Aurélie Belley, Andréanne Daraiche, Rosalie Couture et Chloé St-Onge.

Une cuvée féminine 2001 fort talentueuse

Soccer Saint-Eustache

Afin d’assurer une représentation élite de qualité, Soccer Saint-Eustache fait partie des associations qui regroupent les meilleurs joueurs, dès l’âge de sept ans, tant chez les garçons que chez les filles. L’an dernier entre autres, les représentantes féminines 2001 avaient bien des regards braqués sur elles, connaissant une saison parfaite durant le calendrier régulier, et ce, sans accorder un seul but en deuxième division, dans la division huit ans il faut le préciser.

Cependant, cette année, tout était à recommencer pour la cuvée 2001, alors qu’on formait pas seulement une, mais bien deux équipes pour se retrouver en première division intercités. Malgré un niveau de compétition plus relevé, autant les porte-couleurs du club de l’Attak que des Éclairs ont brillé. Aidées, il faut bien le dire, par le fait que les formations de Blainville et Boisbriand étaient privées de deux joueuses chacune, évoluant chez les neuf ans, il reste néanmoins que les résultats des Eustachoises ont été plus que positifs.

Avec une fiche de dix victoires, une seule défaite et trois nulles, les protégées de l’Attak de l’entraîneur-chef Érik Paradis n’ont été devancées qu’au premier rang par leurs rivales de Boisbriand, auteures d’un cumulatif de onze gains, un revers et deux nulles. Pour leurs parts, les joueuses des Éclairs, qui portaient bien leur nom en raison de leur grande rapidité sur le terrain, se sont aussi démarquées en clôturant le calendrier régulier au troisième rang, en vertu d’un dossier de neuf triomphes contre cinq échecs. Entraîneur-chef de cette formation, Lucien Goulet avait ceci à raconter au terme de la saison. «Il est clair qu’il y a du très bon potentiel dans cette cuvée de joueuses et qu’elles sont réceptives. Je leur ai d’ailleurs dit que j’aimerais les diriger pendant neuf ans encore, soit jusqu’à mon 80e anniversaire de naissance.»

Pour en revenir à la formation de l’Attak, celle-ci a trouvé également le moyen de s’imposer dans les tournois. À Saint-Eustache de même qu’à Boisbriand, l’équipe a inscrit la victoire à tous ses matchs. Puis, au Tournoi de Granby, après quatre gains d’affilée, les représentantes eustachoises ont subi une défaite de 1-0 en finale, devant les Boisbriannaises. En prenant compte de toutes les rencontres que les joueuses de l’Attak ont disputées en 2009, elles bouclent avec un dossier impressionnant de 21 victoires, 2 défaites et 3 nulles, ayant marqué 84 buts contre seulement 19 pour leurs adversaires. Par ailleurs, gagnante des concours techniques dans son groupe âge, Audrey-Anne Paradis a offert un rendement digne de mention en 2009, en totalisant à elle seule, plus de la moitié des buts de son équipe.
«Avec deux équipes en première division cette année, je ne pensais jamais que les résultats seraient aussi bons. De mon côté, je suis étonné de voir à quel point mes filles se sont montrées aussi efficaces en défensive. Je suis très heureux de leur progression», indique Érik Paradis, qui a tenu à ajouter en terminant qu’il avait eu beaucoup de satisfaction à entraîner ce groupe de filles.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top