- PUBLICITÉ -
Un séjour qui a été profitable à bien des points de vue pour Raphaël Landry

(Photo Michel Chartrand) - À ses débuts officiels chez les 16 ans et moins, Raphaël Landry participera à un premier tournoi, les 22 et 23 janvier, à Repentigny.

Un séjour qui a été profitable à bien des points de vue pour Raphaël Landry

Parti pour la Floride pendant un mois

Avant de faire le saut chez les 16 ans et moins à compter de janvier 2011, Raphaël Landry a séjourné pendant un mois en Floride. En plus de participer à deux des tournois de tennis junior les plus réputés au monde, soit le Eddie Herr et l’Orange Bowl, la jeune raquette de 14 ans s’est entraînée en sol américain tout en prenant part à d’autres tournois, de plus petite envergure.

Au niveau des performances, cela a été plutôt bien pour le jeune athlète eustachois. Tout d’abord, lors de l’omnium Eddie Herr, au premier tour, il a vaincu un joueur russe non sans difficulté, la rencontre se rendant en trois sets. Puis, lors de son second match, il a affronté un Belge. Ce dernier, commettant très peu d’erreurs et très solide dans toutes les phases de jeu, s’est montré finalement sans pitié pour Landry, l’emportant en deux manches de 6-2. Le tombeur du Québécois a poursuivi sur sa lancée par la suite, atteignant même la grande finale.

Au terme de cette élimination, le sujet de ce reportage a repris l’entraînement intensif, passant quatre heures sur le terrain à frapper des balles et 60 minutes en musculation et flexibilité, et ce, presque chaque jour. Visiblement, cela a servi sa cause car dans les jours suivants, dans un tournoi de calibre provincial, il a remporté haut la main la compétition pour ainsi ramener un trophée dans ses valises. En ce qui concerne l’Orange Bowl, pour espérer se qualifier pour le tableau principal, Landry n’avait d’autre choix que d’inscrire cinq victoires consécutives en qualification. Il s’en est fallu de peu pour qu’il réussisse. En effet, après quatre gains d’affilée, dont l’un contre Philippe Courteau (6-1; 6-3), un autre représentant québécois qu’il n’a jamais battu auparavant, son parcours a pris fin à l’issue d’un revers âprement disputé face à un joueur grec.

«C’est en participant à de tels tournois que l’on s’aperçoit que, comme représentant du Canada, il y a encore beaucoup de travail à faire pour atteindre le niveau de tennis d’autres pays. Que ce soit au niveau de la forme physique, des habiletés techniques, de la régularité au jeu et l’aspect mental, j’ai réalisé de visu que certains pays sont dans une classe à part. Même si cela m’amène à être plus réaliste quant à mes chances d’accéder un jour aux rangs professionnels, il n’en reste pas moins que j’ai fort apprécié les expériences vécues sur place», de préciser Landry.

Une grandeur qui le sert de mieux en mieux

Dans le cas de Raphaël, ayant grandi en très peu de temps, lui qui a déjà atteint la barre des 6 pieds à 14 ans, le pédiatre qui le suit pense même qu’il pourrait terminer son processus de croissance en mesurant 6 pi 5 po. N’ayant pas eu trop de mal à coordonner ses membres malgré tout, en plus, en ajoutant du poids et de la grandeur à sa charpente, sa puissance de frappe s’est développée considérablement.

En ce qui a trait à son service notamment, son gain en vélocité lui permet maintenant de préconiser un style de jeu porté sur l’attaque. Espérons que cela lui servira lors des prochains mois, lui qui, à sa première année dans une nouvelle catégorie, espère se qualifier pour le championnat canadien, ce qui constituerait une première dans son cas.

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top