- PUBLICITÉ -
Un groupe de joueurs de soccer d’exception

Les Philippe Pharand, Simon Leblanc, Jason DaSilva, Haitam Alam, Gabriel Langelier, David Payette-Rolland, Julien Leduc et, pour la rangée du bas, Jeffrey Pierre, Patrick Imhoff, Édouard Beausoleil-Pelletier, Vincent Dubeau, Reany-Kane Estime-Guilbert, Hamza Boudjelal, Mourad Adda-Bouchard, Jean-Philippe Ducharme et, sans oublier les entraîneurs, Tahar Boudjelal et Éric Fortin, composent actuellement cette formidable équipe du Royal de Saint-Eustache (U-11). N’apparaît pas sur la photo: Michael Bonneau-Fortin.

Un groupe de joueurs de soccer d’exception

À Saint-Eustache

Comme tout plein d’autres bénévoles au Québec, Tahar Boudjelal, qui l’avait fait précédemment avec sa fille alors qu’il habitait à Québec, à son arrivée en sol eustachois, s’est mis à entraîner son fils au soccer. Ainsi, à l’heure actuelle, ce noyau de joueurs qu’il a continué de diriger ne cesse d’obtenir succès après succès.

En fait, depuis deux ans notamment, leur tableau d’honneur est fort impressionnant. Dans leur groupe d’âge respectif, ces représentants eustachois ont tout remporté dans les championnats de saison et des séries dans la Ligue Laval-Laurentides-Lanaudière (LLL), et ce, autant durant la saison d’été que d’hiver. De plus, dans les différents tournois auxquels ils ont pris part au cours des 24 derniers mois, ils n’ont jamais terminé plus loin que la deuxième place.

Encore récemment, ils se sont illustrés en décrochant les grands honneurs lors du tout premier tournoi intérieur de Saint-Eustache. En finale, ils ont défait le FC Challenger de Mirabel par la marque de 4-0.

Ne pouvant évoluer dans les rangs AAA encore – ce niveau de compétition débutant dans le U-14 –, les protégés de Tahar Boudjelal ont néanmoins déjà prouvé qu’ils pouvaient être dominants autant face aux équipes sur le territoire LLL que face au reste de la province. Et cela, peu d’équipes de Saint-Eustache dans le passé, soit masculines ou féminines, ont confirmé qu’elles faisaient partie du peloton de tête au Québec. Combien de fois a-t-on entendu, à une époque encore pas tellement lointaine, qu’on ne pouvait rivaliser avec certains clubs de la région de Montréal qui, alimentés par la présence de joueurs d’ethnies différentes, s’avéraient une classe à part?

Pas le fruit du hasard

Comme tout entraîneur, Tahar Boudjelal a des forces et des faiblesses. Pour lui, avant chaque saison, l’idée est d’aligner la meilleure formation qui soit. Au besoin, il n’hésite donc pas à remplacer certains joueurs par d’autres qui les ont dépassés en ce qui a trait à la progression technique.
«Ce n’est pas mêlant, Tahar a une fiche détaillée sur tous les joueurs dans le groupe d’âge qu’il dirige. Puis, quand il y a de nouvelles figures qui font leur apparition, il se fait un devoir de les évaluer. J’ai rarement vu un entraîneur-chef aussi averti», précise Christian Côté, président de l’Association de soccer de Saint-Eustache.

Nommé Entraîneur régional de l’année, en 2008, au Québec, Boudjelal, originaire de l’Algérie, est loin de s’attribuer tout le crédit pour les succès obtenus jusqu’à présent. «J’ai la chance d’être très bien entouré en ce qui concerne mes tâches et d’avoir un groupe de parents très collaboratifs. Il existe vraiment une belle camaraderie dans l’entourage de l’équipe. Tout aussi important, j’ai un noyau de joueurs de grande qualité qui ne cessent d’entraîner les autres dans leur sillage.»

Tahar Boudjelal ne tient pas cependant à voir trop loin en avant. Déjà, il s’attend qu’au cours de la prochaine saison estivale (U-12), ses protégés reçoivent une vive opposition. «C’est normal, les autres équipes cherchent à nous rattraper, et même à nous dépasser. On ne peut donc s’asseoir sur nos lauriers. De toute façon, il y a encore plein d’aspects que l’on doit améliorer.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top