- PUBLICITÉ -
Présentation de galas: La fièvre de la lutte s’empare de Sainte-Thérèse

Les interactions avec la foule ont été nombreuses et ont contribué au succès de la soirée.

Présentation de galas: La fièvre de la lutte s’empare de Sainte-Thérèse

Ça y est, la fièvre de la lutte s’est emparée de la Rive-Nord! Et il n’y a rien à faire, ça semble contagieux… parce que, en effet, on y prend goût! Une démonstration de force en a été faite en ce sens, samedi dernier, à l’occasion du deuxième gala de lutte de la Northern Championship Wrestling (NCW) à Sainte-Thérèse. La nouvelle terre d’accueil pour une quinzaine d’autres galas qui débuteront en novembre prochain.

Sainte-Thérèse semble en effet être un terreau fertile pour les amateurs de lutte, et c’est pourquoi les organisateurs de la NCW l’ont choisie. «Nous faisons nos matchs au Centre communautaire et culturel de Sainte-Thérèse, juste à côté du cégep Lionel-Groulx. En plus des étudiants, nous pouvons compter sur un bon bassin de la population pour assister à nos galas», confie le publiciste des Promotions NCW, le Mirabellois Éric Riel.

Et on peut dire que ça «rockait» à fond la caisse ce samedi-là. Se sont affrontés sur le ring divers personnages aux noms aussi colorés qu’explicites tels que Chakal, Handsome J‑F, Gorgeous Mike et Urban Miles.

Bons et méchants se sont successivement affrontés sous le regard subjugué de leurs admirateurs et détracteurs. Et la foule n’a pas laissé sa place en déployant force et énergie pour encourager ou chahuter les lutteurs. Des prestations de force et des acrobaties y ont été exécutées, avec expressions et cris de douleurs, qui avaient de quoi mériter les exclamations des 130 spectateurs.

Des athlètes passionnés

Soulignons qu’une majorité des lutteurs qui participent aux galas le font bénévolement et surtout par amour du sport. Parmi eux, Chakal, alias David, qui détient la ceinture de champion depuis mai dernier. «Autrefois, je jouais dans la ligue de hockey junior et je me suis blessé à la jambe. Durant ma convalescence, j’ai commencé à m’entraîner et à faire de la lutte pour me garder en forme. Et c’est lors d’une séance d’entraînement qu’on m’a demandé de remplacer un lutteur qui venait d’annuler sa participation à un gala. Et depuis ce soir-là, je n’en ai jamais manqué un», confie celui qui lutte depuis maintenant 18 ans.

Même son de cloche pour Gorgeous Mike, alias Michael, qui a commencé son entraînement auprès de Jacques Rougeau. Il s’entraîne d’ailleurs de quatre à cinq fois par semaine. «Je lutte pour le plaisir. C’est aussi une occasion de m’éclater et de lâcher mon fou», explique celui qui est venu de Saint-Hyacinthe ce soir-là.

Ce spectacle truffé d’inénarrables scénarios et de présentations originales a su faire des adeptes, dont le Thérésien Dominic Gagnon. «C’est la deuxième fois que j’assiste à un spectacle de la NCW. C’est vraiment divertissant. Je compte revenir lors des prochaines représentations», confie-t-il.

Il en va de même pour la jeune Jasmine Lemieux venue admirer Cyrus Payne, le papa lutteur d’une amie. «J’aimerais revenir à un autre spectacle. Moi, ma préférée, c’est Jessika Black», confie candidement la Boisbriannaise de 7 ans.

Soulignons qu’il est possible d’obtenir plus d’information sur l’organisation et les dates des prochains galas en visitant le [www.ncw.qc.ca].

 

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top