- PUBLICITÉ -
Première victoire des Patriotes à domicile

(Photo Yves Déry) - En bon vétéran qu’il est, et polyvalent par surcroît, s’il évolue surtout comme arrêt-court avec les Patriotes, Nicolas Grenier n’a pas d’inconvénient à remplacer de temps à autre le receveur régulier de l’équipe, Guillaume Cardinal, comme cela s’est produit lors du match du 31 mai dernier.

Première victoire des Patriotes à domicile

Après avoir subi un cinglant revers de 7-0 sur les puissants joueurs du Pro Gym de Sherbrooke le 31 mai, au parc Clair Matin, les Patriotes de Saint-Eustache avaient l’opportunité de remporter un premier match devant leurs partisans, lundi dernier.

Profitant de la générosité des visiteurs, en l’occurrence les Ducs de Longueuil, les Eustachois ont inscrit six points dès leur premier tour au bâton, et ce, sur un seul coup sûr. Par la suite, les protégés de François Cardinal ont levé le pied, croyant sans doute que la victoire était dans le sac. Les Ducs ont finalement rétréci l’écart à un seul point avant que les Patriotes n’ajoutent deux points d’assurance en fin de sixième manche. Les receveurs peuvent dire aussi un gros merci à Alexandre Dagenais, ce dernier, qui est devenu le releveur numéro un de l’équipe. En lançant deux autres manches et deux tiers sans accorder de point, le longiligne droitier possède toujours une fiche parfaite au niveau de la moyenne de points mérités. «En raison de notre nombre élevé de lanceurs de qualité cette année, nous avons demandé à Alexandre s’il se sentait à l’aise pour lancer en relève. Répondant dans l’affirmative, il accomplit une besogne colossale depuis l’ouverture du calendrier régulier», note Charles Saint-Laurent, l’un des seconds de François Cardinal.

Selon les entraîneurs des Patriotes, Dagenais affiche un excellent contrôle et mélange très bien la variété et la localisation de ses lancers.

En parlant d’artilleur, l’honneur du premier triomphe à domicile est revenu à Bruno-Pierre Marcil, bien que celui-ci a déjà connu de meilleures sorties. Ne semblant pas à l’aise comme à son habitude sur la butte, il a concédé trois points mérités en quatre manches de travail, sur quatre coups sûrs et trois buts sur balles. Pour sa part, appelé à lui succéder, Jonathan Bernard n’a rien cassé non plus. La recrue a même perdu sa concentration, visiblement insatisfait des décisions rendues par l’officiel derrière le marbre. Transféré par la suite comme voltigeur de gauche, il s’est bien repris en frappant un solide simple. «Pour l’avoir déjà dirigé dans le midget, je sais que Jonathan peut avoir parfois un caractère bouillant dans le feu de l’action. Cependant, avec son talent et pourvu qu’il n’exagère pas, ça fait partie du mélange de joueurs que je suis bien content d’avoir sous la main pour tenter de mener le club aux grands honneurs», a confié l’instructeur Cardinal.

Un vétéran se prononce

Au moment d’écrire ces lignes, après que les porte-couleurs Patriotes eurent vaincu Saint-Constant et Longueuil, ils se retrouvent avec une fiche de cinq victoires et deux défaites. Lanceur gagnant justement contre Saint-Constant, Nicolas Grenier, qui en sept manches, n’a accordé que trois coups sûrs et aucun but sur balles, en vétéran qu’il est, note une attitude différente de ses coéquipiers en comparaison avec l’an dernier.
«Les gars ne se présentent pas aussitôt au terrain et ils manquent souvent des joueurs. Ça parait au niveau du synchronisme qui pourrait être beaucoup mieux», a fait savoir le numéro 24 des Patriotes, qui demeure toutefois confiant de voir le club hausser la qualité de son jeu d’ici les prochaines semaines.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Porte ouverte

Section concours



- PUBLICITÉ -
Top