- PUBLICITÉ -
Olivier Labelle pète le feu depuis le début des séries

(Photo Michel Chartrand) - Tant qu’il n’aura pas la certitude qu’il s’est rendu au bout de toutes ses options, Olivier Labelle a l’intention de poursuivre sa carrière de hockeyeur professionnel en Amérique du Nord.

Olivier Labelle pète le feu depuis le début des séries

Dans la Ligue de la Côte de l’Est

Depuis qu’il est tout jeune, Olivier Labelle est habitué de voir les clubs pour lequel il s’aligne, connaître beaucoup de succès dans les moments les plus importants de la saison. À l’aise dans un contexte où l’aspect collectif prend le haut du pavé comme jamais, il semble être vraiment à son mieux à ce moment-là.

Rappelons que lors de son stage junior, il avait notamment connu de beaux moments avec les Olympiques de Gatineau, alors que l’équipe avait participé à deux reprises à la Coupe Memorial.

Quelques années plus tard, rendu maintenant dans la Ligue de la Côte de l’Est, faut croire que la recette fonctionne encore très bien pour lui. En effet, depuis le début des présentes séries, il fait flèche de tout bois, à l’instar de sa formation des Royals de Reading. En 12 parties avant le match d’hier soir, l’ailier eustachois a déjà marqué 11 buts et récolté 4 passes.

En fait, après avoir retrouvé sa touche magique autour du filet depuis les fêtes, Labelle ne l’a plus perdu depuis ce temps. En plus, retrouvant ses compagnons de jeu avec lequel il a démarré sa séquence de succès pour les séries, il s’impressionne ni plus ni moins lui-même. «Connaissez-vous bien des joueurs dans les rangs professionnels qui maintiennent une moyenne d’un but par match en saison régulière pendant 70 rencontres par exemple? Pour ma part, je suis le premier surpris d’avoir un tel ratio de buts versus le nombre de parties jouées. Faut croire qu’en pensant au bien de l’équipe en premier lieu, je ressens moins de pression à produire en attaque.»

Les Royals à prendre au sérieux

Si les Royals de Reading ont peiné pour passer à travers la première ronde éliminatoire, l’emportant lors du cinquième et décisif match sur l’équipe de Kalamazoo, depuis lors, les porte-couleurs de Reading s’avèrent invincibles. Après avoir balayé les représentants de la Floride en quatre parties, ils sont en train de jouer le même tour à leurs rivaux des Cyclones de Cincinnati. En effet, avant l’affrontement d’hier soir à domicile, les joueurs des Royals jouissaient d’une avance de 3-0 dans la série demi-finales.
«Avec d’excellents athlètes de retour, en plus d’être talentueux, nous avons une profondeur fort impressionnante, au point qu’avec un surplus de joueurs, notre entraîneur n’a d’autres choix que de laisser de côté des hockeyeurs de talent. Néanmoins, cela ne cause pas de malaise car les gars, jouent ou jouent pas, poussent tous dans la même direction», commente Olivier Labelle.

Même s’il n’ose pas trop s’arrêter à cela pour le moment, en s’affirmant de cette façon au cours de ces séries 2010, le solide gaillard de 6 pieds et 200 livres améliore ses chances d’être davantage courtisé en vue de l’an prochain. Pendant que d’anciens coéquipiers à Gatineau sont engagés présentement dans les séries éliminatoires de la Ligue nationale, on n’a qu’à penser aux Maxime Talbot avec les Pingouins et David Krejci avec les Bruins, une lueur d’espoir semble toujours bien vivante dans ses yeux. Ainsi, même si des clubs européens l’accueilleraient sans doute à bras ouverts, dans le fond de lui, une petite voix lui dit de s’accrocher encore à son rêve. Parions donc que c’est encore en Amérique du Nord qu’il poursuivra sa carrière l’an prochain.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top