- PUBLICITÉ -
Mikaël Kingsbury reçoit le prestigieux trophée Jean-Luc-Brassard

Mikaël, en compagnie de la récipiendaire féminine du trophée Jean-Luc-Brassard, Justine Dufour-Lapointe.

Mikaël Kingsbury reçoit le prestigieux trophée Jean-Luc-Brassard

Ski acrobatique

À l’âge de quatre ans, il chaussait ses skis comme d’autres enfants enfilent leurs pantoufles. Trois ans plus tard, il se démarquait déjà en course en ski et en descente de bosses. Faut-il dès lors se surprendre que Mikaël Kingsbury, maintenant âgé de 16 ans, soit considéré comme un Athlète masculin exceptionnel?

C’est pourtant le message que lui a envoyé la Fédération québécoise de ski acrobatique, lors de son gala, tenu le week-end dernier, à Val-Saint-Côme, en remettant au jeune athlète le prestigieux trophée Jean-Luc-Brassard. Un trophée réservé à l’athlète féminin-masculin qui s’est le plus démarqué tant par ses performances, son esprit sportif que son assiduité à l’entraînement. Chez les femmes, Justine Dufour-Lapointe a remporté cet honneur.
«Ce trophée est remis à un athlète qui ne fait pas encore partie de l’équipe nationale», précise Mikaël. De fait, c’est cette semaine que Mikaël devrait savoir s’il est recruté par l’équipe. Une simple formalité, si l’on se fie à ses performances, mais une étape nécessaire à suivre. «En principe, le récipiendaire du trophée est presque certain de faire l’équipe l’année suivante», se croise-t-il les doigts. Parce que qui dit équipe nationale, dit aussi niveau relevé de compétition et participation à des Coupes du monde. Un parcours vivement souhaité par le jeune homme pour atteindre son but: les Jeux olympiques de 2014.

IL reste qu’au terme de sa saison 2008-2009, Mikaël Kingsbury peut se réjouir de sa première position dans la Série canadienne, principal circuit de compétitions pour les athlètes des équipes provinciales en bosses et en bosses parallèles et dont les épreuves ont lieu d’un bout à l’autre du pays, et de sa sixième position au circuit NorAm. Derrière cinq skieurs américains tous âgés dans la vingtaine. «J’ai aussi été le plus jeune skieur à faire le circuit», note-t-il.

En attendant la suite des choses et avant d’entreprendre son entraînement estival (rampe d’eau, trampoline et camp sur neige), Mikaël doit d’abord terminer ses études secondaires. «Mes nombreuses absences à l’école m’ont fait prendre un peu de retard. J’ai donc beaucoup de rattrapage à faire d’ici le mois de juin», se résigne-t-il. Une étape essentielle pour sa rentrée au collège Lionel-Groulx prévue en septembre prochain.

Sa jeune sœur proclamée championne provinciale

Loin d’être en reste, la jeune sœur de Mikaël, Audrey s’est aussi distinguée de belle façon lors du Championnat québécois de ski acrobatique, la semaine dernière, en se voyant couronner championne provinciale dans la catégorie jeunesse (13-14 ans). Une bourse de 150 $ lui a été remise.

Sur le circuit provincial Saint-Hubert, elle a aussi fait belle figure remportant un podium à chacune de ses compétitions, soit une médaille d’or, une d’argent et quatre de bronze. L’année prochaine, elle poursuivra sa carrière de bosseuse toujours pour le club de ski acrobatique du Mont Saint-Sauveur, là même où son autre grand frère, Maxime, agit à titre d’entraîneur tout en poursuivant ses études en sciences de la nature au collège Lionel-Groulx.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top