- PUBLICITÉ -
Les Vikings ne sont pas au rendez-vous

(Photo Yves Déry) - Marc-Olivier Roy a marqué le seul but de son équipe dans cette cuisante défaite.

Les Vikings ne sont pas au rendez-vous

Défaite de 5 à 1 au cinquième match de la série

C’est fini. Les Vikings de Saint-Eustache se sont inclinés à la première ronde des séries éliminatoires. Amère déception.

En début de match, les partisans pensaient que les Vikings jouaient avec le feu et qu’ils ne voulaient que leur donner des sueurs froides, mais non.

Les Vikings affrontaient, en cinquième et ultime match de la série, les Patriotes de Châteauguay. Selon Thériault, l’issue de la rencontre s’est jouée en première période. «Même si le compte n’était que de 1 à 0 pour les Patriotes, nous étions en attente au lieu de prendre le tempo. Les Patriotes ont pris l’initiative du match», raconte-t-il.

La nervosité était palpable au sein des Eustachois à un point tel que les joueurs se nuisaient entre eux par moments.

Au deuxième vingt, la formation de Châteauguay a marqué une deuxième fois. Marc-Olivier Roy, avec l’aide de Mathieu Lemay, a réduit l’écart à un point. Toutefois, les Vikings n’ont jamais été menaçants. Les contre-attaques étaient menées en vain. Aucun lancer redoutable et intimidant n’a été décoché. Les unités spéciales n’ont pas su profiter des supériorités numériques pour marquer non plus.

Au troisième tiers, les Patriotes ont augmenté leur avance de deux points avant que Thériault ne retire le gardien Gabriel Carignan pour mettre Francis Desrosiers devant le filet. L’adversaire a marqué un cinquième but, remportant le match 5 à 1. L’entraîneur convient que ses joueurs n’ont pas su faire face à la pression, comme au Challenge du mois de décembre. «Nous avons flanché. Nous n’avons pas tout fait pour gagner. Nous nous sommes réveillés trop tard. Les joueurs importants ne se sont pas présentés et ils ont manqué de constance», affirme-t-il.

Selon lui, les joueurs ne peuvent pas penser qu’en s’entraînant de façon modérée, ils peuvent connaître des performances intenses lors des joutes. «La ligne de Roy, Lemay et Venne (Philippe) a travaillé d’arrache-pied durant la série», souligne-t-il.
«C’est de la déception, c’est de la rage. Nous n’avons pas été en mesure de les amener à jouer comme ils devaient jouer. C’est regrettable parce que Laval-Montréal, Jonquière, Lévis et Amos ont été éliminés. La porte était ouverte pour nous si nous passions en deuxième ronde. Il semble que cela n’ait pas été suffisant pour les convaincre», indique-t-il.

En fin de match, si les entraîneurs ont traversé la glace pour féliciter leurs homologues, la moitié de l’équipe eustachoise avait déjà quitté la patinoire, enragée de la défaite. Il aura fallu que le père d’un joueur aille les chercher pour qu’ils aillent féliciter leurs adversaires, comme des athlètes faisant preuve d’esprit sportif.
«Je prends le blâme (de la défaite), en tant qu’entraîneur, parce que je n’ai pas réussi à les amener où je voulais», fait savoir Dave Thériault.

Série de consolation

Pour une première fois dans l’histoire de la Ligue de hockey midget AAA du Québec, aucune équipe n’a été véritablement éliminée de la première ronde éliminatoire. Les équipes gagnantes poursuivront le parcours de la Coupe Telus tandis que les sept formations défaites ont débuté celui de la Coupe Dodge.

Les Vikings jouent donc en séries de consolation depuis hier, tandis qu’ils affrontent les Commandeurs de Lévis. La patinoire Florian-Guidon accueillera les deux équipes ce samedi 6 mars, à 19 heures, pour une deuxième rencontre. «Demandez-moi si la motivation est là», a conclu Dave Thériault.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top