- PUBLICITÉ -
Les Patriotes rendent les armes en demi-finales

(Photo Yves Déry) - À l’œuvre comme lanceur partant dans le troisième match de cette série contre les Cardinals et qui a constitué son dernier départ au niveau junior, Carl Pilon aurait mérité un meilleur sort. Il n’a vraiment pas été bien appuyé par ses coéquipiers en défensive.

Les Patriotes rendent les armes en demi-finales

Pour une deuxième année d’affilée

Le manque d’opportunisme en attaque et les erreurs coûteuses commises à des moments clés auront finalement causé la perte des Patriotes de Saint-Eustache en séries éliminatoires.

Acculés au pied du mur face aux Cardinals du Lac-Saint-Louis lundi dernier, les protégés de François Cardinal n’ont pu renverser la vapeur. Pourtant, le club eustachois pouvait miser sur Pierre-Luc Bédard comme lanceur partant. Invaincu depuis le début de la saison, malheureusement pour lui et les Patriotes, il ne possédait pas sa vélocité habituelle. Ainsi, après que les Cardinals aient inscrit deux points à leurs deux premiers tours au bâton, l’instructeur Cardinal a décidé de remettre la balle à Bruno-Pierre Marcil. Tout comme lors du premier match, Marcil a connu passablement de succès face aux frappeurs adverses mais ses coéquipiers en attaque ne l’ont pas secondé.

Pendant ce temps, Alex Pawalski s’est racheté, à la suite de sa contre-performance lors de l’affrontement initial. D’office pendant les sept manches dans cette victoire finale enregistrée au compte de 4-1, il n’a concédé qu’un point mérité sur deux simples et un but sur balles. Par ailleurs, une fois de plus dans ces présentes séries, les porte-couleurs eustachois n’ont pas été en mesure de capitaliser au moment opportun. C’est ainsi qu’avec les coussins tous occupés en septième, les Patriotes n’ont marqué qu’un seul point, leur saison se terminant alors que Guillaume Cardinal, employé comme voltigeur pour ce match, a frappé un roulant à l’arrêt-court qui s’est transformé en retrait.

François Cardinal ne tourne pas autour du pot
À la suite de cette élimination, François Cardinal n’a pas dénié que cette conclusion s’avérait très décevante. «Contrairement aux Associés, les frappeurs des Cardinals n’ont pas été aussi menaçants contre nous. Malheureusement, les gars n’ont pas aussi bien répondu à l’appel en attaque par rapport à la saison régulière. En plus, la défensive n’a pas été à la hauteur, particulièrement dans la troisième rencontre. De la façon que nous avions débuté la demi-finales, je suis vraiment surpris que les Cardinals aient remporté les trois parties suivantes», a admis Cardinal.

Il croit maintenant que les joueurs du ProGym de Sherbrooke viendront à bout de ceux des Cardinals en grande finale, ayant plus de ressources.

Pour en revenir aux Patriotes, les Jean-Sébastien Paquin, Alexandre Tardif et Carl Pilon peuvent quitter la tête haute à l’issue de leur stage junior. Les trois se sont montrés à la hauteur en séries éliminatoires. Au chapitre des déceptions, malgré de vaillants efforts, on ne peut pas dire que les Simon Dugas et Nicolas Grenier ont apporté la production offensive souhaitée.

Maintenant que le rideau est tombé sur la saison 2009 des Patriotes, avec au moins six joueurs de 22 éligibles l’an prochain, il sera intéressant de voir comment les dirigeants négocieront avec cette situation. Si jamais ils revenaient tous, les Grenier, Mignacca, Houle, Cardinal, Delisle et Dagenais sauront-ils exercer autant d’impact que les vétérans de 22 de cette année?

Parmi les plus optimistes, figure François Cardinal, qui estime déjà, que l’équipe eustachoise saura de nouveau être très compétitive en 2010.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top