- PUBLICITÉ -
Frédéric a troqué depuis longtemps son gant pour la guitare et le piano

Avec leur groupe de musique Emysfer, Frédéric Neveu et Sylvain Demers croqués en pleine action.

Frédéric a troqué depuis longtemps son gant pour la guitare et le piano

Ancien joueur des Bisons

Au cours d’une carrière de journaliste, il y a de ces athlètes qu’on rencontre qui ont un petit quelque chose de bien spécial. Ancien joueur de baseball avec les Bisons de Saint-Eustache, Frédéric Neveu est un de ceux-là. Ainsi, même s’il n’a pas réussi à percer dans son sport de prédilection, il n’est pas surprenant de le voir se signaler dans d’autres domaines.

Faut dire qu’une fois son stage junior terminé et un an comme entraîneur, il a délaissé complètement l’univers du baseball. Pourtant, Neveu ne s’avérait pas un receveur de deuxième ordre. En plus de connaître beaucoup de succès avec les Bisons, il a déjà fait partie de l’Académie de baseball du Canada (ABC) et a été choisi le joueur par excellence lors d’une édition du Championnat canadien junior. Cela lui avait même valu une place sur la formation canadienne lors des Championnats du monde des 18 ans et moins, à Monterrey, au Mexique. Il garde d’ailleurs d’excellents souvenirs de cette époque, lui qui a notamment évolué avec l’ABC en compagnie d’Éric Gagné.
«Je ne pense pas que j’aurais pratiqué le baseball pendant autant d’années si je n’avais pas été receveur. En effet, dès ma jeunesse, je ressentais ce besoin d’analyser et de créer. J’étais donc bien servi à cette position d’autant plus que mes entraîneurs me donnaient souvent beaucoup de latitude.»

Passionné de musique

Une dizaine d’années plus tard, depuis qu’il a délaissé le baseball, Frédéric Neveu se retrouve haut placé dans une compagnie pharmaceutique de Laval, et marié avec deux enfants. Celui qui avait pris des cours de piano durant six ans dans sa jeunesse et qui avait recommencé à s’adonner à la musique en grattant la guitare à l’université, est même à la tête d’un groupe qui se nomme Emysfer.

Pendant quelques années, avec son bon ami Sylvain Demers à la batterie, ils jouaient et chantaient surtout des pièces reconnues. À travers cela, Neveu s’est cependant mis à composer ses propres chansons, en anglais il faut préciser.
«À 34 ans, bien humblement, je pense que j’ai jamais composé d’aussi bonnes chansons. Je me sens bien dans ma peau et capable d’exprimer mes émotions sur papier.»

En compagnie de son fidèle complice Sylvain Demers ainsi que du bassiste Éric Gravel et du claviériste Marc-Étienne Savage, le groupe Emysfer a l’intention, aussitôt que la situation le permettra, de se produire en spectacle avec du matériel inédit.

Faire sa part pour la lutte au cancer
Éprouvé par la mort de son père, en 1990, à l’âge de 52 ans du cancer, Frédéric Neveu s’est toujours promis qu’un jour, il ferait des efforts particuliers pour aider à la lutte contre cette terrible maladie.

Contraint de reporter pour des motifs personnels un spectacle-bénéfice qu’il comptait donner le samedi 20 novembre au Centre d’art La petite église de Saint-Eustache, il tient tout de même à faire sa part pour Sercan. Ainsi, grâce aux démarches fructueuses qu’il a faites auprès de son employeur actuel, Sanovi-Aventis, cette compagnie vient de remettre 5 000 $ à Sercan.

Homme de cœur et très reconnaissant envers les organismes qui viennent en aide aux gens et leur entourage pris à composer avec le cancer, Frédéric Neveu aura à sa façon tenu finalement sa promesse.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top