- PUBLICITÉ -
Des buts en avantage numérique coulent les Vikings

Photo Hugo Vincent - Les Vikings sont venus bien près d'égaler la marque en 3e période, ramenant l'écart à un but. Les visiteurs ont toutefois gâché cette remontée, comptant un 5e but en fin de match.

Des buts en avantage numérique coulent les Vikings

Défaite de 5-3

Les Vikings de Saint-Eustache ont concédé la victoire au Rousseau Royal de Laval-Montréal par la marque de 5-3 dans la seule rencontre à l’horaire de la fin de semaine dernière.

La première période a porté un dur coup aux partisans des Vikings, qui ont accordé deux buts en avantage numérique à leurs adversaires aux 14e et 17e minutes de jeu. Le Rousseau Royal de Laval-Montréal a même marqué son 3e but à 19:58 de la dernière période, encore une fois en avantage numérique.

Les esprits se sont calmés en seconde période, le club eustachois n’obtenant aucune punition. Laval-Montréal a cependant accentué son avance à 14:30, avec pour résultat que les joueurs des Vikings ont retraité au vestiaire en tirant de l’arrière par 4-0.

Jonathan Desbiens et Vincent Ouellet se sont levés par la suite en troisième période, unissant leurs efforts pour marquer trois filets consécutifs, dont un en infériorité numérique, ce qui réduisait l’écart à un but. Le retour en force des Vikings a cependant été gâché par le club adverse, qui a compté à 18:16 pour porter la marque à 5-3.

En définitive, si l’on peut questionner la discipline des joueurs de Dave Thériault durant la 1re période, qui a fait en sorte de donner une avance de 3-0 à Laval-Montréal grâce à autant de buts comptés en avantage numérique, il faut souligner la persévérance de ce même groupe d’athlètes et sa volonté de revenir de l’arrière, comme en fait foi la marque de 4-3 avec un peu moins de deux minutes à jouer en 3e période.

«Le message qu’on donne, c’est qu’il ne faut jamais abandonner lorsque tu mets le chandail des Vikings», souligne l’entraîneur-chef Dave Thériault.

«Nous avons joué du bon hockey à cinq contre cinq, a analysé Dave Thériault, mais Laval-Montréal a été très opportuniste en avantage numérique.»

«Nous ne sommes pas un groupe de joueurs qui prend des punitions, ce n’est pas notre marque de commerce, poursuit-il, mais peut-être que nos défenseurs en prennent trop, c’est à voir.» Dave Thériault estime par contre que ses joueurs ont créé un doute dans l’esprit du club adverse en fin de match, et qu’il faudra bâtir là-dessus au cours des prochains affrontements.

Challenge midget AAA Reebok de Québec

Dans un autre ordre d’idées, soulignons que la 7e édition du Challenge midget AAA Reebok aura lieu dans la région de Québec, du 28 novembre au 2 décembre. L’enjeu de ce tournoi est de taille: l’équipe gagnante sera assurée d’une participation aux séries éliminatoires de fin de saison. En 2012, c’est le Phénix du collège Esther-Blondin qui avait remporté les honneurs du tournoi.

En plus des 15 formations de la Ligue midget AAA du Québec, cinq équipes invitées seront aussi de la partie, soit quatre formations midget AAA de la région Atlantique et une équipe formée d’un regroupement des 20 meilleurs joueurs du circuit midget espoir du Québec. L’événement se veut aussi une belle vitrine pour les joueurs québécois qui désirent poursuivre leur carrière à des niveaux supérieurs, étant donné que les dépisteurs profitent de cette occasion pour voir évoluer les meilleurs joueurs du circuit.

Pour Dave Thériault, cette série de rencontres mettra aussi le point final aux évaluations des joueurs en vue de l’équipe du Québec qu’il va coacher au cours des prochains mois.

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top