- PUBLICITÉ -
Défaite difficile à avaler à Saint-Lin

Alexis Bouchard a marqué un but dans la défaite à Saint-Lin.

Défaite difficile à avaler à Saint-Lin

Les Patriotes en perdent une autre par un point

Il y a deux sortes de défaites. La première, encaissée en hochant la tête tout en sachant avoir tout donné contre un adversaire toutefois simplement supérieur. Et il y a l’autre, celle dont tu as déjà assumé tes trois points avant même d’avoir posé les patins sur la glace, devant la faiblesse de l’opposition. Soit, les Patriotes ont perdu un autre match par un seul point et ils n’ont jamais lâché même après avoir concédé une avance. Mais cette défaite, ils l’ont subie face à une équipe qui n’avait connu la victoire qu’une seule fois en 25 matchs. Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa!

Forts d’un début d’année 2009 très prometteur, huit points sur une possibilité de neuf à leurs trois premiers matchs, les hommes de Daniel Héroux ont, selon ses propres termes, complètement «oublié de se présenter», selon l’expression consacrée. Et avant que les Eustachois n’aient réalisé que le match était commencé, les Bulls de Saint-Lin, détenteurs bien installés de la dernière position au classement général de la LHJAALL, avaient pris les devants 2-0. Malgré le but de Jason Montpetit à la 13e minute, les Patriotes retraitaient au vestiaire en déficit de 3-1 après la période initiale. Tel le lièvre de la fable du sieur de La Fontaine, les Patriotes se sont mis à courir pour rattraper leur retard et ils ont bien failli faire mentir le célèbre fabuliste en comptant deux fois en période médiane. Les buts d’Alexis Bouchard et Benoit Brodeur ont ramené le match à égalité après deux périodes, mais ce sont finalement les Bulls qui ont tiré les marrons du feu en comptant l’unique but de la période finale avec un peu plus de deux minutes à faire au match. Les illustres Bulls, qui ont compté trois buts en avantage numérique et un à court d’un homme, ont ainsi mérité leur deuxième victoire de la saison, laissant un goût amer dans la bouche de l’entraîneur-chef.
«Oui, nous avons fini par nous réveiller; oui, nous avons lancé 47 fois vers la cage ennemie; et oui, le gardien adverse a fait quelques miracles. Nous sommes cependant les seuls à blâmer pour cette défaite inexplicable et inacceptable. Nous avons cru pouvoir balancer le plan de match sous prétexte que l’adversaire était plus faible et nous avons cru pouvoir y aller d’efforts individuels pour combler notre nonchalance du début de match. Mais ce n’est pas comme ça que ça se passe», a d’abord commenté Daniel Héroux. Ce dernier était d’autant plus déçu qu’il avait tout fait pour faire comprendre à sa troupe l’importance de la rencontre: «Même contre les Bulls, j’ai dépêché mon gardien numéro un devant le filet, mais il faut croire que le message n’a pas été compris. Je suis très déçu de cette défaite et il va falloir que les gars comprennent qu’il n’y a pas suffisamment de talent dans cette équipe pour passer outre au plan de match. Il faut que chacun fasse sa part et tout le temps», a terminé Héroux.

Les Patriotes, qui rencontraient hier leurs voisins de Mirabel-Blainville à Blainville, en seront les hôtes, ce samedi 24 janvier, à 19 h 30, à l’aréna Florian-Guindon. Ils recevront aussi, le mercredi 28 janvier, le National de Rosemère, toujours au même endroit, à 19 h 45. Deux matchs à ne pas manquer!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top