- PUBLICITÉ -
Charles-Olivier Roussel a de quoi faire des envieux

(Photo Michel Chartrand)- Avant le premier match de la finale d’hier soir, avec 4 buts et 10 passes pour 14 points en autant de rencontres en séries éliminatoires, Charles-Olivier Roussel trônait en deuxième place des meilleurs marqueurs de la ligue chez les défenseurs.

Charles-Olivier Roussel a de quoi faire des envieux

Ligue junior majeur du Québec

Parmi les hockeyeurs des environs, qui évoluaient dans la Ligue junior majeur du Québec (LHJMQ) au début de 2008-2009, un seul n’a pas encore rangé son équipement. Il s’agit de Charles-Olivier Roussel qui, depuis hier soir, tente d’aider les Cataractes de Shawinigan à disposer des Voltigeurs de Drummondville, en finale des séries éliminatoires.

Toujours en quête d’un premier trophée de la Coupe du Président en 40 ans d’histoire, les Cataractes sont gonflés à bloc. «Il va sans dire que la frénésie est à son comble dans la ville. Il y a plein d’affiches et de rubans d’installés un peu partout pour nous appuyer. De plus, vous auriez dû voir la file de gens qui se sont pointés à l’aréna, dans l’espoir d’obtenir des billets», mentionnait le numéro 91, lorsque joint au téléphone en début de semaine.

Sachant que la commande de vaincre les Drummondvillois – invaincus avant-hier avec 12 victoires en autant de parties – ne s’annonce pas de tout repos, Roussel croit tout de même que son club a des chances. Selon lui, pour ce faire, les Cataractes devront afficher leur style de jeu avec brio et déployer une exécution quasi parfaite. Par ailleurs, visiblement, il a eu le mot d’ordre d’éviter de faire des déclarations fracassantes, qui pourraient servir de source de motivation pour les Voltigeurs.

Mathieu Brodeur a de quoi être fier
À défaut d’avoir débuté la saison en force, Mathieu Brodeur l’aura terminée sur une note fort satisfaisante. Employé plus souvent qu’à son tour en séries éliminatoires, son équipe, les Screaming Eagles du Cap-Breton, a finalement laissé filer une avance en quart de finale contre les Remparts de Québec, pour ainsi subir l’élimination en sept rencontres.
«C’est sûr qu’au niveau collectif, la fin s’est avérée décevante. Sur le plan personnel maintenant, j’ai aimé le rendement que j’ai donné en séries éliminatoires. J’ai entre autres remarqué que ma grandeur et ma force physique m’avaient permis plus aisément de me démarquer», a commenté ce défenseur format géant.

D’autre part, il a appris, par la bouche de son agent, que les Coyotes de Phoenix étaient heureux de la saison qu’il vient de connaître. Il reste à voir si au courant de l’été, cela lui permettra de recevoir une offre de contrat intéressante?

Pendant ce temps, son coéquipier eustachois, Vincent Lavigueur, bien qu’ayant continué de trimer dur dans le feu de l’action, n’a été aussi productif en attaque dans les séries, qu’il ne l’avait été en saison régulière.

Jonathan Lessard flatté

Parmi les premiers hockeyeurs de Saint-Eustache à voir la saison 2008-2009 prendre fin, Jonathan Lessard peut tout de même se consoler. À titre de recrue, il aura connu une première année très respectable.
«En évoluant à Bathurst, en plus d’acquérir de la maturité autant sur la glace qu’à l’extérieur, j’ai perfectionné mon jeu défensif. Pour l’an prochain, si je veux être encore plus performant, il me faut démontrer encore plus de constance et être plus fort physiquement», analyse celui-ci. Soit dit en passant, de le voir figurer au 149e rang parmi les meilleurs espoirs nord-américains en vue du prochain repêchage de la Ligue nationale, représente à ses yeux une belle récompense pour tous ses efforts.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top