- PUBLICITÉ -
Alexandre Périard a lancé pour le grand club des Brewers

(Photo Michel Chartrand) - Comme membre privilégié de la formation des 40 joueurs des Brewers de Milwaukee, s’il demeure en santé et performe à la hauteur de ses attentes, plein de belles choses pourraient survenir au cours de la saison 2010 pour Alexandre Périard.

Alexandre Périard a lancé pour le grand club des Brewers

Pour la première fois depuis qu’il a été repêché

Ça y est, c’est fait, pour la première fois depuis que les Brewers de Milwaukee l’ont sélectionné au repêchage de 2004, Alexandre Périard vient de lancer pour la première fois avec le grand club. Même s’il ne s’agissait que d’un match du calendrier préparatoire, il vient de réussir ce que très peu de joueurs de baseball au Québec peuvent s’enorgueillir d’avoir réalisés.

En deux manches face aux Rockies du Colorado, l’artilleur droitier de 22 ans a alloué trois points mérités sur six coups sûrs. Il n’a accordé aucune passe gratuite et a fait mordre la poussière à un frappeur adverse. Deux jours après cette première présence au baseball majeur, Périard a été rétrogradé au camp des mineures.
«Si on regarde strictement les statistiques, je concède que les chiffres obtenus durant cette première sortie sont guère épatants. Par contre, dans l’ensemble, je suis satisfait de la manière que j’ai lancée. En n’allouant aucun but sur balles, j’ai prouvé que je n’avais pas craint de défier les frappeurs et ça, je sais que les entraîneurs aiment voir un tel comportement de la part d’un jeune lanceur», a commenté l’athlète eustachois.

Par ailleurs, le gérant des Brewers et ancien réserviste avec les Expos, Ken Macha, a eu de bons mots pour Périard. L’artilleur de 6 pieds 1 pouces et 215 livres l’a impressionné par l’étoffe de ses lancers.

Un peu déçu

Blessé l’an dernier à sa première expérience au gros camp, celui qui fait l’objet de ce reportage n’a pas caché qu’il a ressenti une nervosité particulière lors des premiers jours d’entraînement officiel. Cependant, il s’est senti nettement plus à l’aise par la suite. Puis, quand son tour est venu de montrer ce qu’il pouvait accomplir dans le feu de l’action, il n’a pas été paralysé par le trac. «Quand j’ai appris mon renvoi, c’est sûr que je n’ai pas sauté de joie. Compte tenu que je n’ai pas totalisé beaucoup de manches lancées en 2009, les dirigeants croient qu’il est préférable de retourner plus rapidement dans les mineures afin de lancer plus régulièrement. La bonne nouvelle c’est que physiquement, tout va comme sur des roulettes présentement.»

Durant ces quelques jours passés en compagnie des meilleurs joueurs des Brewers, Alexandre Périard a été impressionné par l’accueil et la gentillesse que les vétérans lui ont réservé. Sur le plan technique, le coach des lanceurs l’a incité à modifier sa mécanique afin de conserver un meilleur rythme dans l’exécution de son élan.

Des sorties importantes

D’ici la fin du camp d’entraînement des ligues mineures, le seul Québécois sur place cherchera à s’imposer à chaque fois qu’on lui confiera la balle. Il veut vraiment prouver que non seulement sa place est au minimum dans le calibre AA, mais qu’aussi on pourra compter sur lui pour occuper un poste clé au sein de la rotation des partants. Dans un tel scénario, il sait que le téléphone pourrait sonner rapidement dans le but de lui faire gravir des échelons, voir même la possibilité de faire son entrée officielle au baseball majeur. C’est d’ailleurs le principal objectif qu’il s’est fixé en 2010. On peut donc dire qu’Alexandre Périard ne craint pas de mettre la barrière haute, signe indiscutable de sa grande confiance en ses moyens.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top