- PUBLICITÉ -
— Mélanie Leblanc

— Mélanie Leblanc

— Mélanie Leblanc

— Mélanie Leblanc

Mélanie Leblanc travaille à titre de directrice générale des Services d’entraide Le Relais depuis 2014, à Boisbriand. Ce qu’elle apprécie le plus de cette ville, c’est la grande générosité des Boisbriannais.

Comme dans toutes les villes et municipalités du Québec et d’ailleurs, Boisbriand ne fait pas exception en comptant dans ses rangs de nombreux citoyens et familles aux prises avec des difficultés à boucler la fin du mois.

C’est la mission des Services d’entraide Le Relais de pallier les difficultés rencontrées par ces familles. Cet organisme existe depuis 2011 alors qu’auparavant les services étaient offerts par la paroisse. «Notre organisme est souvent confondu avec le Centre d’entraide Thérèse-De Blainville. Nous avons la même vocation, mais l’un est situé à Sainte-Thérèse et nous sommes à Boisbriand. Nous avons quand même des projets communs ensemble pour aider la population» , d’expliquer Mélanie Leblanc.

Cette dernière qui adore aller se promener au Centre d’interprétation de la nature, en bordure de la rivière des Mille Îles, ne tarit pas d’éloges envers les gens de Boisbriand. «Ce que j’aime par-dessus tout de Boisbriand, c’est sa population. Elle est vraiment généreuse et toujours prête à aider son prochain. C’est réellement la grandeur humaine qui me plaît le plus de Boisbriand.»

Mélanie Leblanc poursuit ainsi: «On entend souvent dire que nous sommes une société individualiste et que les gens ne pensent qu’à eux-mêmes. Au sein de mon travail dans cette ville, ce n’est pas du tout ce que j’observe. Les gens sont très généreux de leur temps et de leurs ressources.»

Des chiffres

Il va sans dire que les Boisbriannais participent en grand nombre aux collectes de fonds orchestrées par l’organisme. Ils ont d’ailleurs été très généreux lors de la plus récente guignolée. «Nous n’avons jamais reçu autant de denrées des citoyens depuis que je suis là. Nous avons également eu 185 bénévoles, l’an dernier, qui ont fait plus de 6 000 heures de bénévolat» , a souligné la directrice générale.

Pour l’année 2016-2017, l’organisme a accordé 4 872 aides alimentaires. Les demandes provenaient de 324 foyers ou de 685 Boisbriannais différents. «Nous avons des familles qui viennent une fois et d’autres viennent à toutes les semaines. De ce nombre, on compte 278 enfants.»

La clientèle ne provient pas seulement de gens qui sont bénéficiaires de l’aide sociale. Plusieurs peuvent avoir perdu leur emploi. «Si ces personnes ou familles ont besoin d’aide alimentaire, elles se retrouvent chez nous. Nous servons de filet social à Boisbriand.»

L’organisme, qui loge dans l’ancien presbytère de l’église Notre-Dame-de-Fatima, offre entre autres des cuisines collectives et des ateliers d’art.

Cycle de vie

En terminant, il y a un projet en développement qui réjouit Mélanie Leblanc. Il s’agit du projet Cycle de vie, dont le but est de permettre de briser l’isolement chez les personnes aînées. C’est un projet d’agriculture urbaine comprenant plantation de légumes, transformation alimentaire et vente de produits faits maison.

«Nous aimerions avoir un conteneur maritime dans lequel nous pourrions faire pousser des légumes à l’année. Chose certaine, c’est en mars que nous allons commencer à faire pousser nos légumes à l’intérieur» , de conclure Mélanie Leblanc.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top