- PUBLICITÉ -
Entête - Économie

Un nouveau refuge sur pilotis d’ici la fin 2009

Au Parc régional du Bois de Belle-Rivière

Un nouveau refuge rustique sur pilotis sera aménagé d’ici la fin de l’année au Parc régional du Bois de Belle-Rivière, dans le secteur de Sainte-Scholastique, à Mirabel.

C’est ce qu’ont annoncé le maire de Mirabel, Hubert Meilleur, et le directeur du Parc régional du Bois de Belle-Rivière, Stéphane Michaud, au cours d’une activité qui s’est déroulée récemment à laquelle participaient des représentants d’organismes qui soutiennent le parc. Le projet a été rendu possible grâce aux sommes récoltées dans le cadre du programme Mieux Consommer d’Hydro-Québec, un sondage sur la consommation d’énergie, et grâce à une aide financière de 6 000 $ du CLD de Mirabel, en vertu de sommes provenant du Pacte rural, une entente intervenue entre le gouvernement du Québec et les MRC, qui vise à promouvoir le développement du milieu rural en fonction d’orientations établies dans la Politique nationale de la ruralité.

Accessible à longueur d’année
«D’une valeur approximative de quelque 50 000 $, le projet peut en effet compter dans son financement sur les sommes obtenues dans le cadre du programme d’Hydro-Québec qui remettait à la Ville un montant de 30 $ ou 35 $, selon que le questionnaire était rempli en ligne ou sur papier, pour chaque formulaire rempli par ses citoyens, leur permettant de connaître leur consommation d’énergie», explique-t-on à la Ville.

Construit sur pilotis, le nouveau refuge sera accessible à longueur d’année. Il s’ajoutera aux trois autres refuges offerts en location depuis déjà quelques années au Bois de Belle-Rivière. «Le nouveau bâtiment s’adresse à une clientèle familiale et aux groupes de huit à dix personnes, explique Stéphane Michaud. Il sera situé en périphérie du jardin forestier.» Les représentants du Parc régional du Bois de Belle-Rivière annoncent que l’on compte aussi reconstruire la halte.

Procurer une zone d’intimité

L’objectif de cette construction sur pilotis était de procurer à ses occupants une zone d’intimité, à l’écart de la circulation, car il sera construit à une demi-douzaine de pieds du sol, mais de permettre tout de même un accès rapide aux autres secteurs du parc. C’est un besoin qui avait été exprimé par la clientèle du Parc.

Comme le précise M. Michaud, directeur du Parc régional du Bois de Belle-Rivière, «avec la construction de ce refuge sur pilotis, qui portera à quatre le nombre de refuges disponibles au parc, le Bois de Belle-Rivière veut ajouter à son offre de services un volet hébergement rustique».
«En plus du minimum d’impact sur la forêt qu’offrira le nouveau refuge, précisons qu’il sera alimenté à l’énergie solaire doublée d’une énergie éolienne, si les démarches amorcées actuellement, portent fruit», indique-t-on.

Le maire Hubert Meilleur a salué la concrétisation du projet, dans une période économique difficile où d’autres projets ont été reportés. «C’est une bonne nouvelle, car le projet permettra d’augmenter l’attractivité du Parc du Bois de Belle-Rivière», a-t-il conclu.

Ce service s’ajoute à une trentaine d’activités offertes tout au long de l’année ou sur une base saisonnière, qui vont de la pêche en étang aux activités équestres, en passant par l’observation des oiseaux, la marche en forêt et les ateliers d’initiation au géocaching.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top