- PUBLICITÉ -
Entête - Économie

Sainte-Marthe-sur-le-Lac tiendra une soirée d’information publique

Approvisionnement en eau potable

Le dossier d’approvisionnement en eau potable de la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac continue de créer des remous au sein même du conseil municipal.

Convoqués en assemblée extraordinaire, le lundi 26 janvier dernier, les membres du conseil municipal ont unanimement résolu de demander à la Ville de Deux-Montagnes de leur transmettre, «le ou avant le 31 janvier 2009, les informations demandées par le ministère des Affaires municipales et des Régions dans la lettre du 28 novembre 2008, réitérées dans la correspondance du 21 janvier 2009 de la directrice générale de la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac». Mentionnons que ces informations concernent notamment les coûts de modernisation des installations de traitement de l’eau potable imputables à la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, tels l’immobilisation et l’exploitation.

Du même souffle, la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac s’est ensuite engagée à tenir, après étude et analyse des informations reçues, le ou avant le 26 février 2009, une soirée d’information publique à laquelle, outre le public, les représentants des ministères des Affaires municipales et des Régions et du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, de même que les professionnels associés à ce dossier, tels Agéos et Hydrophyla, seront conviés. Une rencontre qui permettra par ailleurs aux citoyens, a souligné le conseiller Sylvain Goudreault, d’adresser «toutes leurs questions et inquiétudes aux spécialistes présents».

Usine de filtration des eaux de Deux-Montagnes

Rappelons que la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac étudie présentement la possibilité de ne plus s’approvisionner en eau potable par le biais de l’usine de filtration des eaux de Deux-Montagnes, mais plutôt par des puits souterrains. Une question d’abord de qualité de l’eau, soutient la mairesse Sonia Paulus, puisque l’eau tirée des puits serait pure et exempte de produits chimiques, contrairement à l’eau traitée provenant actuellement de Deux-Montagnes. «Seul un résiduel de chlore serait utilisé pour empêcher la contamination lors de la distribution de l’eau à même le réseau», a assuré l’un des responsables du projet, Carl Lavoie. En outre, la mairesse Paulus a aussi tenu à rassurer les gens quant à une éventuelle pénurie d’eau. «Les études commandées sont basées sur une période de 30 ans avec la population ultime de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, soit 18 à 20 000, alors que la population actuelle est de 12 000 personnes. De plus, le projet prévoit deux puits de réserve en cas de canicule, par exemple, ou d’incendie majeur. Soyez rassurés, nous ne manquerons pas d’eau», a-t-elle ajouté.

Enfin, le conseiller Olivier Hamel, sans pour autant se prononcer, a tenu à rappeler que 50 % du budget de la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac étant étroitement lié à celui de la Ville de Deux-Montagnes (partage des terrains de soccer, de la régie de police ou du service incendie, entre autres), la décision de ne plus s’approvisionner en eau potable à l’usine de filtration des eaux de Deux-Montagnes, au-delà de l’impact financier, influencera forcément les relations futures entre les deux villes. Ce à quoi un citoyen présent a répondu: «Soyons donc maîtres chez nous!»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top