- PUBLICITÉ -
Saint-Eustache réalisera un programme d’infrastructures de quelque 10 millions de dollars

(Photo Yves Déry) - MM. Claude Carignan et Pierre Charron sont accompagnés de MM. Luc Dégarie, directeur adjoint du Service des travaux publics, François Bélanger, directeur du Service du génie, André Biard, Germain Lalonde, tous deux conseillers municipaux, et de Mme Nicole Carignan-Lefebvre, conseillère municipale

Saint-Eustache réalisera un programme d’infrastructures de quelque 10 millions de dollars

En 2009

Le maire de Saint-Eustache, M. Claude Carignan, et le conseiller municipal président du volet travaux publics et génie du comité de l’environnement et du développement durable, M. Pierre Charron, viennent d’annoncer un programme d’infrastructures routières et souterraines de quelque 10,6 millions de dollars en 2009.

Effectivement, MM. Carignan et Charron ont précisé, dans la salle des comités de la mairie de Saint-Eustache, que 29 chantiers seront entrepris dans Saint-Eustache pendant l’été – certains travaux ont déjà débuté – et pendant l’automne. Ainsi, la grande partie, une somme de 9,1 millions de dollars, sera investie dans le programme de pavage, lequel comprend, selon les projets, la réfection de la chaussée, des bordures et trottoirs, ainsi que la réfection de certaines sections du réseau cyclable et l’ajout de nouveaux tronçons. De plus, des subventions de 770 000 $, provenant du programme tripartite de la taxe fédérale sur l’essence, permettront à la Ville d’affecter une somme de 1,5 million de dollars afin de remplacer des égouts et des conduites d’aqueduc, dans la rue des Sources et sur un tronçon du boulevard Arthur-Sauvé, ainsi que de terminer les travaux entrepris l’année dernière dans les rues Boileau et Champagne.

M. Carignan a ajouté «que le déficit d’entretien des infrastructures souterraines et routières que nous connaissons, à Saint-Eustache comme partout ailleurs au Québec et au Canada, est considérable. Le peu d’investissements faits en cette matière au cours des années 1980 et 1990 a engendré cette situation problématique à laquelle il faut s’attaquer énergiquement, comme nous le faisons depuis notre arrivée. Nous avons tôt compris que de grands enjeux, comme la qualité de vie des citoyens, la sécurité, le développement de la ville, de même que la compétitivité des entreprises, dépendent d’infrastructures en bon état dans une ville». Toujours selon M. Carignan, en vue de contrer les effets de la crise économique, les gouvernements fédéral et provincial ont établi comme stratégie d’investir massivement dans les infrastructures. «C’est pourquoi la Ville et ses organismes affiliés ont investi quelque 107 millions de dollars dans le renouvellement de nos infrastructures routières, souterraines et de loisirs depuis 2001, afin de répondre à des besoins aussi réels que pressants, dont 77 millions de dollars uniquement au cours du dernier mandat.»

Puis, a poursuivi M. Carignan, malgré les nombreux investissements, la Ville de Saint-Eustache demeure l’une des villes les plus rigoureuses au Québec, au chapitre de l’endettement total net par habitant. Pratiquement, selon les données tirées du Profil financier 2008 de la Direction générale des finances municipales du Québec, publié le 30 janvier 2009, Saint-Eustache se situe à 13 % sous la moyenne des villes de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et à 16 % sous la moyenne québécoise. Aussi, au chapitre de l’endettement total net par 100 $ d’évaluation, Saint-Eustache se situe à 13 % de moins que la moyenne des villes de la CMM et à 9 % sous la moyenne québécoise. Quant au chapitre de la dette versus les avoirs, Saint-Eustache se retrouve à 15 % de moins que la moyenne des villes de la CMM et à 22 % sous la moyenne québécoise.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top