- PUBLICITÉ -
Mylène Freeman

La députée néo-démocrate d’Argenteuil-Papineau-Mirabel

Mylène Freeman, une députée aux nombreux dossiers

Invitée par la Chambre de commerce du Lac des Deux-Montagnes pour sa toute dernière activité avant son regroupement au sein de la nouvelle Chambre de commerce et d’industrie MRC de Deux-Montagnes (CCI2M), la députée néo-démocrate d’Argenteuil-Papineau-Mirabel, Mylène Freeman, a profité d’un petit-déjeuner pour rappeler aux membres qu’elle s’activait sur bon nombre de dossiers les concernant directement.

«Il y a des solutions pour appuyer nos communautés et favoriser le développement de nos régions. Nous (le Nouveau Parti démocratique – NPD) croyons que nos régions, quand elles sont fortes, favorisent le développement», a-t-elle lancé d’entrée de jeu.

Dressant la liste des dossiers dont elle s’occupe actuellement avec ses collègues néo-démocrates, la députée Freeman n’a pas manqué d’égratigner au passage le gouvernement Harper.

Ainsi, elle constate que le paysage agricole a bien changé depuis 2006, avec Stephen Harper à la gouvernance du pays. Les petites fermes ont pour ainsi dire disparu, a-t-elle observé. «Nos producteurs nous disent qu’il est difficile d’avoir accès aux outils de gestion de risques. Peu à peu, nos fermes familiales, celles qui font rouler l’économie, sont en train de disparaître. Ça, c’est à cause de Harper», dénonce Mme Freeman.

Le secteur agricole est pourtant responsable d’un emploi sur huit, au Canada, fait-elle remarquer. Son impact économique est assez phénoménal, mais pas suffisamment souligné, selon elle. «On sait que supporter et manger local est important pour nous. De plus en plus de marchés locaux offrent des produits locaux. Il faut faire davantage de promotion et nous, on aimerait en faire la promotion», dit-elle.

Mme Freeman déplore également l’effet des modifications à l’assurance-emploi adoptées par le gouvernement Harper, lesquelles viennent menacer des emplois. La région des Laurentides ayant une économie en grande partie développée autour de l’industrie touristique verra ses travailleurs saisonniers particulièrement touchés, assure-t-elle.

«C’est dans les Laurentides que l’on retrouve le plus grand nombre d’industries touristiques. La région des Basses-Laurentides est devenue une destination agro-touristique qui attire un million de visiteurs par année. Mais, tout comme le secteur touristique, ses entreprises ne peuvent se développer davantage à cause du saccage de l’assurance-emploi. On voit que le gouvernement ne comprend pas la réalité du Québec», d’affirmer la députée.

En ce qui concerne l’inversion du flux sur la ligne 9B, Mme Freeman, qui est très active sur le comité de l’environnement de son parti, estime qu’il faut davantage de mesures de sécurité. «Nous devons nous assurer qu’il (le pipeline) est en bon état. On a besoin d’une évaluation sérieuse sur les impacts environnementaux», souligne-t-elle.

Celle-ci se dit préoccupée par les mesures qu’a proposées l’Office national de l’Énergie (ONé) en donnant son accord à Enbridge. «Elle a soumis ces mesures à des échéanciers vraiment artificiels, ce qui a limité le nombre d’évaluations environnementales et imposé des consultations arbitraires», fait-elle remarquer.

«Le cas de Lac-Mégantic démontre qu’il y a un manque de réglementation. Il faut sécuriser l’environnement et nos ressources. Le NPD entend continuer à lutter pour des mesures claires», a-t-elle lancé pour conclure. 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top