- PUBLICITÉ -
Marc Lauzon rejette l’idée de l’immobilisme

(Photo Michel Chartrand) - Conférencier invité par la Chambre de commerce et d’industrie, le maire de Deux-Montagnes, Marc Lauzon, pose en compagnie des partenaires évènementiels, Nicolas Samson, de BSA Groupe Conseil, et Richard Tassé, de la Caisse Desjardins Saint-Eustache–Deux-Montagnes, ainsi que du président de la Chambre, Stéphane Lacombe.

Marc Lauzon rejette l’idée de l’immobilisme

Dîner du maire de Deux-Montagnes

Invité à prononcer une conférence devant les membres de la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Eustache–Deux-Montagnes–Sainte-Marthe-sur-le-Lac, le maire de Deux-Montagnes, Marc Lauzon a choisi d’exposer sa vision des choses en ce qui concerne l’avenir de Deux-Montagnes. Arrivée à la fin de son développement résidentiel, la municipalité n’a d’autres choix, estime-t-il, que d’aller de l’avant.

«Dans un premier temps, nous nous sommes dit que l’immobilisme était à rejeter. Ville-dortoir dans tous les sens du terme, Deux-Montagnes ne peut compter sur un secteur industriel ou un secteur commercial et professionnel apte à prendre la relève du développement résidentiel», a-t-il établi d’entrée de jeu. Comment alors, dans ce contexte, créer de la nouvelle richesse? «En conservant le cachet particulier de la ville; en gérant étroitement les finances; en créant de l’intérêt chez nous pour amener des visiteurs; en favorisant l’implantation de nouveaux commerces et professionnels sur notre territoire; en densifiant les derniers projets immobiliers; en accélérant le processus naturel de rénovation résidentielle; et enfin, en revoyant certains secteurs de la ville», a-t-il énuméré, en substance.

Vers une revitalisation de Deux-Montagnes?

Au cœur de la démarche souhaitée par le maire, repose bien sûr la revitalisation du chemin d’Oka. «Nous avons commencé à soutenir davantage les commerçants et propriétaires immobiliers du chemin d’Oka grâce, notamment au moyen d’incitatifs financiers à la rénovation et à l’amélioration de leur devanture. La prochaine étape sera l’embauche d’un agent de développement économique qui aura comme mandat d’identifier et combler les manques commerciaux du chemin d’Oka par l’implantation, entre autres, de commerces desservant une clientèle non seulement locale, mais aussi régionale», a-t-il expliqué.

Or, la clé d’une telle revitalisation réside dans l’attrait que génèrera ensuite l’artère commerciale. «Il nous faut attirer des visiteurs de l’extérieur, pour qu’ils consomment davantage chez nous. Nous miserons bien entendu sur le fait que plus de 14 000 véhicules empruntent quotidiennement le chemin d’Oka», pointe le maire.

Parmi les gestes proposés, mentionnons un meilleur accès à la rivière des Mille Îles et au lac des Deux Montagnes, le prolongement de la piste cyclable et une meilleure diffusion culturelle. «Nous explorons la possibilité d’un partenariat avec la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles afin de transformer l’auditorium de la polyvalente Deux-Montagnes en une véritable salle de spectacle», révèle-t-il.

C’est aussi à la faveur de tous ces projets que la Ville de Deux-Montagnes tiendra des États généraux, les 1er et 2 juin prochain, afin d’inviter les citoyens à proposer d’autres moyens de créer de la richesse supplémentaire. «Le résultat sera peut-être différent de la vision que j’ai esquissée plus tôt, mais je ne m’en offusquerai pas. L’important sera de conclure ces États généraux avec des projets mobilisateurs, des projets que se seront accaparés les citoyens», a-t-il conclu.

Pour connaître le calendrier de la Chambre, composez le 450-491-1991 ou tapez le [www.chambrecommerce.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top