- PUBLICITÉ -
Les histoires extravagantes de Lucie Bisson

(Photo Sébastien Rivest) - Le conseiller municipal Raymond Tessier, la conteuse Lucie Bisson et l’ex-maire Guy Bélisle animeront une soirée portant sur les années 1950 à aujourd’hui.

Les histoires extravagantes de Lucie Bisson

Soirée de contes et légendes de la Grande-Côte

Connaissez-vous L’Essor, cet homme venu s’installer sur le chemin Grande-Côte?

Les férus de contes et d’histoires pourront entendre son histoire, lors de la prochaine Soirée de contes et légendes de la Grande-Côte, organisée par le comité de revitalisation de la route 344. Cette soirée se tiendra le mercredi 16 septembre, à 19 h 30, à l’église Christ-Roi, située au 367, rue Godard.

La soirée se divisera en huit parties, quatre capsules de contes et quatre capsules historiques. C’est la conteuse Lucie Bisson qui a «endimanché» l’histoire et les souvenirs des résidants de la Grande-Côte pour l’occasion. Celle qu’on a déjà pu entendre à la maison Chénier-Sauvé racontera l’histoire d’une poule pondeuse qui a réussi à conscientiser 40 000 poules d’un coup. Il sera aussi question d’un boucher aux méthodes peu orthodoxes. De quoi prendre connaissance des faits marquants de l’urbanisation de cette route d’une façon divertissante.

Le président du comité de revitalisation, le conseiller municipal Raymond Tessier, mentionne qu’à la suite du succès de la première soirée de contes – quelque 200 personnes étaient sur place –, les gens ont demandé une soirée au ton plus contemporain. Ainsi, la soirée portera sur les années 1950 à aujourd’hui.

M. Tessier s’occupera de parler des 30 dernières années en racontant des souvenirs de jeunesse, en rappelant le temps des plages et des inondations, ainsi que du sentiment d’appartenance qui caractérise les gens de ce quartier.

Celui qu’il surnomme «le père du Saint-Eustache moderne», Guy Bélisle, traitera donc de l’annexion du village à la paroisse. Ce citoyen de Saint-Eustache qui a grandi sur le chemin Grande-Côte affirme que cette artère a toujours eu une identité, même lorsque ce secteur était agricole. «C’était identifié par les habitants de la Grande-Côte comme ayant été le chemin emprunté par les Anglais», indique-t-il.

M. Bélisle fait savoir que c’est un Montréalais qui est venu s’établir sur cette route et qu’il a convaincu d’autres Montréalais de le suivre. Rapidement, cela a créé un sentiment de collectivité, souligne-t-il.

Le comité de revitalisation est à la recherche de photos d’époque. Si vous en avez, contactez l’agente de développement économique et touristique Clotilde Béchard, au 450-974-5001, poste 5172.

Pour participer à l’activité gratuite, il faut réserver sa place auprès du SEM au 450-974-5000. Les portes ouvriront dès 19 heures.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top