- PUBLICITÉ -
Entête - Économie

Johanne Chartrand: «Ne les oublions pas»

Journée internationale de commémoration des personnes tuées ou blessées au travail

Le 28 avril marque la Journée internationale de commémoration des personnes tuées ou blessées au travail. Cette année, le thème retenu était: Ne les oublions pas – Pour que leur souvenir nous aide à améliorer la santé et la sécurité au travail. Pour le Conseil central des syndicats nationaux des Laurentides et sa 3e vice-présidente, Johanne Chartrand, c’était aussi l’occasion d’affirmer une fois de plus que la prévention doit demeurer au cœur des préoccupations syndicales.

«En 2008, 195 personnes ont perdu la vie au Québec à cause d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle, comparativement à 207, en 2007. C’est une légère diminution, mais c’est beaucoup trop. Nous devons tous, individuellement et collectivement, nous sentir concernés par les nombreux problèmes liés à la santé et à la sécurité au travail», a-t-elle fait savoir à la centaine de travailleurs massés pour l’occasion dans une des roulottes du chantier de construction du bâtiment de l’Université du Québec en Outaouais, campus Saint-Jérôme. Parmi ces 195 décès, 85 étaient reliés à l’amiante, 35 aux accidents de transport et 33 au contact avec un objet ou de l’équipement. N’y échappant pas – au même titre que n’importe quelle autre région du Québec – la région des Laurentides a pour sa part déploré 15 décès, en 2008: 7 des suites d’une maladie professionnelle et 8 par accident. «Pour la CSN, il est toujours triste, injuste et anormal que chaque jour, des travailleuses et des travailleurs hypothèquent leur avenir et leur qualité de vie à vouloir la gagner», a-t-elle ajouté.

Les chantiers de construction

En tête de liste des secteurs à risque, figurent bien sûr les chantiers de construction. «Les métiers reliés à la construction sont extrêmement exigeants et dangereux. C’est le pire secteur», de déplorer pour sa part le 1er vice-président de la CSN-Construction, Jean Myre. Seulement en 2008, 39 travailleurs de ce domaine sont décédés, 14 par accident et 25 par maladie. Et sur les 14 décès causés par un accident, 11 sont survenus sur un chantier de construction. «À tous ces morts, il faut ajouter les 112 000 personnes qui, en 2007, ont été victimes d’accident du travail ou de maladie professionnelle», de souligner Mme Chartrand.

Par sa démarche, le Conseil central des Laurentides (CCL) espère sensibiliser davantage ses membres comme le reste de la population à l’urgence de passer à l’action en matière de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles et demande également aux employeurs de s’engager à faire de la prévention, une priorité quotidienne. Par ailleurs, le CCL déplore le fait que seuls 300 inspecteurs sillonnent présentement les chantiers de construction du Québec et insiste auprès du gouvernement pour que ce nombre soit revu à la hausse.

Une minute de silence a été observée en mémoire de tous ces travailleurs décédés.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top