- PUBLICITÉ -

François Desrochers privilégie le train de banlieue avant le prolongement de l’autoroute 13

Député sortant et candidat dans Mirabel

Le 3 novembre dernier, Transports Québec publiait un appel d'offres pour étudier la possibilité de prolonger l'autoroute 13 par un tronçon qui relierait les autoroutes 640 et 50 sur le territoire de Mirabel. Un scénario que d’aucuns considèrent plus que jamais comme incontournable compte tenu de l’accroissement démographique de la région des Basses-Laurentides et l’implantation de plusieurs entreprises du secteur aéronautique dans la région de Mirabel.

Or, selon le député sortant et candidat de l’Action démocratique du Québec dans Mirabel, François Desrochers, prolonger cette autoroute ne réglera en rien le problème de congestion qui sévit présentement au niveau de la traversée des ponts de la rivière des Mille Îles. «À court terme, la meilleure façon de désengorger les ponts de Laval, c’est de prioriser le train de banlieue à Mirabel», tranche-t-il. De fait, M. Desrochers affirme qu’il est tout à fait possible de prolonger la ligne de train de banlieue Montréal–Deux-Montagnes vers l’aéroport de Mirabel, soit une distance de moins de cinq kilomètres de voie ferroviaire. Sans compter qu’il existe déjà un stationnement à cet endroit. «J’ai déjà rencontré Joël Gauthier, président-directeur général de l’Agence métropolitaine de transport à ce sujet. Selon ses chiffres, ce projet coûterait environ 10 millions de dollars, soit 10 fois moins cher que le prolongement de l’autoroute 13», souligne-t-il.

Terres agricoles

En privilégiant le prolongement de la voie ferroviaire au détriment de celui de l’autoroute 13, M. Desrochers estime en outre que la pression présentement sentie sur les terres agricoles – lesquelles constituent 83 % du territoire de Mirabel – en serait allégée. «Au cours de mon mandat de député, j’ai fait le tour des entreprises de Mirabel et je peux vous dire que les deux plus gros problèmes soulevés concernent la main-d’œuvre et le transport. Avec cette gare, Mirabel pourrait attirer les travailleurs de Laval et Montréal sans pour autant congestionner davantage notre réseau routier. De plus, les impacts environnementaux seraient négligeables», assure-t-il.

En résumé, poursuit-il, à ceux qui ne jurent que par le prolongement de l’autoroute 13, M. Desrochers répond que «le raccordement de la 13 à la 50 sera envisageable lorsque les alternatives de transport en commun seront en place. Mais la solution pour les prochaines années est définitivement le prolongement du train de Deux-Montagnes à Mirabel et je m’engage à amener ce dossier au Parlement», a-t-il soutenu.

Par ailleurs, invité à commenter les résultats des sondages qui placent l’Action démocratique du Québec bon dernier derrière le Parti libéral du Québec et le Parti québécois, M. Desrochers s’est montré somme toute confiant. «Ce déclenchement d’élection est à mes yeux le geste politique le plus dangereux. Ça prouve que M. Charest a réellement quelque chose à cacher. Et si on se fie justement aux sondages, je vois mal comment Jean Charest pourrait rester à la tête d’un gouvernement minoritaire», a-t-il commenté. Quant à l’ADQ, M. Desrochers affirme que la récente défection de deux députés adéquistes au profit des libéraux a plutôt contribué à souder les autres députés. «Ceux qui avaient à partir sont partis», a-t-il conclu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top