- PUBLICITÉ -
Camp d’été au Costa Rica pour les scouts de Saint-Eustache

(Photo Yves Déry) - Posant parmi les jeunes voyageurs, les animateurs Carole Héroux, Christiane Lauzon et Ghislain Héroux. Absent lors de la photo, Jean-François Bélisle.

Camp d’été au Costa Rica pour les scouts de Saint-Eustache

Voyage humanitaire pour 13 jeunes de Saint-Eustache

Quelques mois après leur retour, les 13 jeunes qui ont participé au voyage humanitaire au Costa Rica en juillet dernier ont profité d’une soirée en compagnie de leurs parents et amis pour présenter des images de leur expérience.

«Nous sommes partis avec 13 jeunes âgés entre 15 et 18 ans. Pour nous, c’était une deuxième aventure au Costa Rica, ce qui a facilité l’organisation du projet», a expliqué l’animatrice, Carole Héroux. Du 2 au 16 juillet 2008, les jeunes ont donc été hébergés dans l’école d’un petit village du Costa Rica – les élèves de ce pays étant à ce moment en semaine de relâche scolaire –, ont dormi et mangé à même les installations sur place et fait eux-mêmes leur épicerie dans les marchés locaux. En retour, leur tâche consistait à peindre les murs de l’école, et ce, malgré un climat des plus humide (14 jours de pluie pour seulement deux jours de soleil). «Les jeunes ont contribué à améliorer la vie des jeunes élèves de ce village et ils étaient contents d’eux. Nous avons aussi coulé un plancher de béton et construit un balcon à une maison d’un bidonville à proximité de l’école où nous demeurions», a mentionné Mme Héroux, ajoutant que dans cette maison vit une petite fille atteinte de spina bifida. «Grâce à ces travaux, la petite fille va pouvoir se déplacer plus facilement avec son fauteuil roulant.»

Enfin, le nettoyage de la plage publique de même que la distribution d’effets scolaires, d’articles de sport et de vêtements ont complété la mission des jeunes scouts de Saint-Eustache.

Préparation

Un tel voyage nécessite évidemment son lot de préparations, ce à quoi les 13 jeunes ont consacré une année complète. «Nous devions financer notre voyage à 100 %. Les jeunes assumaient donc le coût des billets d’avion et de la nourriture», a expliqué encore Mme Héroux. Pour y arriver, plusieurs activités de financement ont été mises sur pied et de nombreux commanditaires ont été mis à contribution. «Je tiens aussi à remercier l’école Terre des jeunes qui a supporté le projet», a conclu Mme Héroux.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top