- PUBLICITÉ -
Meres Indignes

Les trois amies et mères de famille sont de retour, cette fois à l'approche du temps des Fêtes.

Les mères indignes se tapent Noël: une suite pas aussi festive!

Lisez la critique de Sébastien Trottier sur un film qui vient de prendre l’affiche dans les salles de cinéma. Cette semaine: Les mères indignes se tapent Noël.

À l’été 2016, le premier opus m’avait bien fait rire avec ses situations improbables et sa vulgarité. Un peu plus d’un an plus tard, Jon Lucas et Scott Moore ont voulu surfer sur le succès de leur précédente réalisation en amenant les protagonistes durant une des périodes les plus stressantes de l’année pour les mères… les préparatifs d’avant Noël.

Les trois amies et mères de famille Amy (Mila Kunis), Kiki (Kristen Bell) et Carla (Kathryn Hahn) sont épuisées à l’approche du temps des Fêtes. Découragées par l’immense tâche à accomplir, elles décident de faire les choses à leur façon et de ne pas se mettre trop de pression cette année. La situation se complique lorsque leurs mères respectives débarquent quelques jours avant Noël. Elles devront tenter de se faire respecter, ayant chacune leurs problèmes, tout en préparant un temps des Fêtes sans stress que leurs enfants apprécieront autant qu’elles.

Les scènes obscènes et salaces de retour

Le mode de vie du «lâcher-prise» exploité dans le volet original est repris en partie. La virée que le trio effectue au centre commercial ou le combat de ballon-chasseur en sont de parfaits exemples.

Les scènes obscènes et salaces sont également de retour, mais elles sont moins percutantes. Au lieu de rire des situations, ce sont des sentiments malaisants qui surgissent. La scène d’épilation d’un danseur (Justin Hartley) complètement nu avec les jambes en l’air explique bien mes propos.

L’évènement marquant est l’arrivée des mères des personnages principaux, comme par hasard la même journée. La mère d’Amy (Christine Baranski) est une snob qui doit bien paraître devant les autres, celle de Kiki (Cheryl Hines) est trop possessive avec sa fille, et celle de Carla (Susan Sarandon) est complètement le contraire, prête à tout pour lui soutirer de l’argent. Ces dernières donnent droit aux moments les plus intéressants du long métrage, et ce, lors des confrontations mères-filles. Tout en étant très différentes, elles sauront s’unir pour le besoin de chacune.

C’est dommage que le scénario soit si prévisible et que les protagonistes soient si caricaturaux. La prospérité qu’a engendrée le film l’année dernière ne provoque pas autant de divertissement, puisque l’équipe de production a gardé une ligne directrice semblable.

Malgré plusieurs lacunes, il est évident que toute l’équipe devant la caméra a eu un réel plaisir à travailler ensemble.

La semaine prochaine, il sera question du film Le retour de papa 2.

D’ici là, découvrez le site [http://cine-techno.com] afin de consulter les critiques et l’actualité DVD et Blu-ray.

Ma note: 6,5/10

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top