- PUBLICITÉ -
Critique film La Belle et la Bête

La Belle et la Bête, un des classiques du Studio Disney, qui revit 27 ans après le film d’animation original.

La Belle et la Bête

L’amour en dessous des apparences

Le Studio Disney a produit en 1991 La Belle et la Bête, un film d’animation qui, encore aujourd’hui, est un grand classique. Puisque la mode est aux nouvelles adaptations en prises de vue réelles et que les derniers longs-métrages ont eu beaucoup de succès (Cendrillon, Le livre de la jungle), il n’est donc pas étonnant que leurs grands chefs-d’œuvre soient repris, et c’est maintenant le cas avec La Belle et la Bête.

À la fin du 18e siècle, dans un petit village français, Belle (Emma Watson), jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père (Kevin Kline), un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu dans la forêt, ce dernier se réfugie au château de la Bête (Dan Stevens), qui le jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un prince charmant, victime d’une terrible malédiction et tremblant d’amour pour elle.

L’œuvre reprise scène par scène

La nostalgie de ce conte féérique nous frappe de plein fouet. Le réalisateur Bill Condon reprend scène par scène l’œuvre célèbre. Cette décision permet d’attirer un public très large, pouvant en décevoir certains à la recherche d’originalité.

En contrepartie, puisque cette version contient 40 minutes de plus que le dessin animé; on découvre, en effet, des personnages plus étudiés tels que le passé de Belle et son père, les événements s’étant déroulés avant que la Bête subisse sa malédiction, la relation entre Belle et la Bête, «Lefou» l’acolyte de Gaston, se remettant en question et les différents membres du mobilier étant plus inquiets de leur sort. Les acteurs y ont mis tout leur talent afin de correspondre aux protagonistes originaux.

Chacun des héros principaux a la chance d’exercer sa voix afin de reprendre les pièces musicales de la production des années 1990 (même la Bête, lors d’une toute nouvelle chanson). On peut y entendre Bonjour, Gaston et, ma préférée, C’est la fête, dans laquelle Lumière présente un spectacle majestueux.

L’équipe de production a travaillé ardemment afin de se rapprocher du film d’animation. Les nombreuses pièces et le château de la Bête sont stupéfiants, sans oublier le jardin et ses sculptures recouvertes de neige. Les costumes très colorés et le village de Belle est charmant, jovial. De plus, Disney n’a pas coupé les coins ronds pour que les effets spéciaux (il y en a un peu trop parfois) soient dignes de l’histoire racontée.

La semaine prochaine, il sera question du film Vie.

Enfin, découvrez le site [www.actualite-dvd.com] afin de consulter les critiques et l’actualité DVD et Blue-ray.

Ma note: 7,5/10

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top