- PUBLICITÉ -
L'Éveil - Articles

Monstre sacré du septième art, King Kong a droit à une nouvelle adaptation cinématographique qui n’a rien à voir avec les précédentes.

Kong: Skull Island, plus grand que nature

King Kong est un monstre sacré du septième art. Après sa première apparition dans les années 1930, suivie de ses deux nouvelles adaptations en 1976 et 2005, l’énorme singe a droit à une nouvelle aventure gigantesque.

En 1973, une équipe bigarrée, composée de scientifiques (notamment John Goodman), de soldats (incluant Samuel L. Jackson) et d’aventuriers (Tom Hiddleston et Brie Larson), est formée afin d’explorer une île mythique non répertoriée du Pacifique. Loin de tout et sans repères, l’équipe s’infiltre dans la région du terrifiant Kong et déclenche une bataille rocambolesque entre l’homme et la nature. Leur mission de découverte se transforme en lutte pour la survie au cœur d’un éden primitif où l’humanité n’a pas sa place.

Plein la vue!

Oubliez les précédentes itérations cinématographiques, car on est loin du modèle original. La romance entre le gorille et la demoiselle en détresse a été remplacée par une aventure rendant hommage au film Apocalypse Now.

Diverses scènes d’action spectaculaires et captivantes débutent dès leur arrivée sur cette terre inexplorée, alors que Kong veut défendre son territoire face aux nombreux hélicoptères. Explosions et destruction, on nous en met plein la vue!

De plus, Kong a de la compétition sur l’île. De multiples créatures géantes et impressionnantes mettront ces visiteurs dans de dangereuses positions. Une araignée, des oiseaux semblant venir de l’ère préhistorique, ainsi que des lézards pouvant être presque aussi gros que le protecteur de l’île, permettront d’offrir un rythme constant qui nous garde sur le qui-vive.

Le scénario présente peu de surprises, avec différents éléments prévisibles. Presque tous les personnages ne sont pas suffisamment développés afin qu’un lien se crée avec eux. Samuel L. Jackson, qui interprète le responsable militaire, est pratiquement le seul à avoir un peu de contenu, mais il donne dans la caricature. John C. Reilly se démarque et nous fait sourire dans son rôle du rescapé de la Seconde Guerre mondiale.

Si vous gardez le «focus» sur Kong (qui n’a jamais été aussi grand) et sur son habitat, qui sont les vedettes de ce long-métrage, alors vous ne serez pas déçu par cette histoire à grand déploiement.

On sent que la production prépare un univers étendu de monstres (semblable à ce que Marvel et DC Comics font avec leurs superhéros). Est-ce que la suite sera une confrontation entre King Kong et Godzilla? On le saura d’ici quelques années.

La semaine prochaine, il sera question du film La Belle et la Bête.

Enfin, découvrez le site [www.actualite-dvd.com] afin de consulter les critiques et l’actualité DVD et Blu-ray.

Ma note: 7,5/10

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Concours fête des Pères  
- PUBLICITÉ -
Top