- PUBLICITÉ -
Kingsman2

L’acteur Taron Egerton offre une performance remarquable dans ce nouveau volet des Kingsman.

Kingsman – Le Cercle d’or: Un énorme et impressionnant feu d’artifice

En 2014, Kingsman a été une excellente surprise. Des agents à la James Bond, experts en combat avec style et toujours habillés en costume trois-pièces doivent sauver le monde. Matthew Vaughn (Kick-Ass et X-Men: Le commencement) réalise pour la première fois une suite à un de ses projets. Malheureusement, trop en faire ne signifie pas nécessairement un gage de succès.

Les événements débutent alors que l’agent secret britannique Eggsy coule des jours heureux auprès de la princesse Tilde. Mais lorsqu’un ancien rival détruit le quartier général des Kingsman, Eggsy et son collègue Merlin demandent de l’aide à leurs homologues américains: les Statesman. Ils devront cette fois affronter Poppy, un être diabolique qui contrôle le marché de la drogue et qui a condamné à mort tous ses clients-utilisateurs. Personne ne sait où elle se trouve et le président américain ne semble pas enclin à négocier avec elle.

Plus que l’essentiel

Les premiers instants gardent la fougue du précédent volet avec une scène d’introduction où notre héros se fait attaquer dans les rues de Londres, rythmée par la chanson Let’s Go Crazy de Prince. Malheureusement, la suite du scénario n’est pas à la hauteur. Plusieurs longueurs et scènes inutiles rendent l’histoire incohérente. La production a misé trop gros en voulant en mettre plus que l’essentiel.

Cependant, les scènes d’action sont bien exécutées, bien rythmées avec une trame musicale accrocheuse. Les chorégraphies sont étonnantes (malgré qu’elles soient impossibles) et la violence sanglante est toujours présente, mais dans une demi-mesure.

Certains nouveaux personnages sont sans objet (Channing Tatum) ou pas assez exploités (Halle Berry et Jeff Bridges) et ceux rescapés du premier film sont peu développés. Notons la performance de Taron Egerton qui est remarquable, que Julianne Moore est formidable, divertissante dans le rôle de Poppy et qu’Elton John s’amuse et ne se gêne pas pour se ridiculiser dans son propre rôle. Bien qu’il soit présumé mort, Colin Firth reprend du service pour aider ses acolytes. Un secret mal gardé, puisqu’une affiche promotionnelle laissait planer le doute.

Un long métrage rempli d’action, digne par la beauté de ses images et l’élégance de ses personnages, Kingsman: Le Cercle d’or demeure un énorme feu d’artifice impressionnant qui en offre plus que le spectateur en demande.

La semaine prochaine, il sera question du film Fabriqué en Amérique.

D’ici là, découvrez le site [http://cine-techno.com] afin de consulter les critiques et l’actualité DVD et Blu-ray.

Ma note: 7/10

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top