- PUBLICITÉ -
Dix ans après leur première collaboration, l'agent québécois David Bouchard (Patrick Huard) renoue avec son ancien partenaire anglophone Martin Ward (Colm Feore).

Dix ans après leur première collaboration, l'agent québécois David Bouchard (Patrick Huard) renoue avec son ancien partenaire anglophone Martin Ward (Colm Feore).

Bon Cop Bad Cop 2: une suite réussie

Faire une suite à un film à succès est tout un défi. Il ne faut pas trop s'éloigner des composantes de l'original tout en proposant de nouveaux éléments rafraîchissants. Il faut ajouter l'énorme pression quand le premier opus, paru en 2006, a généré le plus gros succès commercial du cinéma québécois avec 12 millions de dollars au box-office. Est-ce que le triomphe sera encore au rendez-vous? Je l'espère, puisque les prérequis nécessaires s'y retrouvent.

Dix ans après leur première collaboration, l’agent québécois David Bouchard (Patrick Huard), en pleine opération d’infiltration, est découvert par son ancien partenaire anglophone Martin Ward (Colm Feore), maintenant officier de la GRC. Les deux policiers décident de collaborer à nouveau afin de démanteler un réseau de vols de voitures qui semble cacher une opération de bien plus grande envergure. Bouchard et Ward se rendront jusqu’aux États-Unis pour élucider cette affaire. Leur chemin sera parsemé de plusieurs embûches, mais leur indéfectible amitié aura raison du drame qui les guette.

Un scénario solide, une chimie énergisante

Patrick Huard a pris son temps pour offrir un scénario solide (malgré certaines décisions étranges des protagonistes) et bien doser le côté action et humour. On a même droit à des scènes dramatiques remplies d’émotions. La relation des deux policiers étant plus profonde, cela rend le duo encore plus attachant.

L’histoire passe maintenant à un niveau supérieur, ce n’est plus simplement une compétition entre francophone et anglophone, Québec c. Ontario. L’enjeu est beaucoup plus important et la confrontation est rendue avec nos voisins de l’autre côté de la frontière.

Malgré un budget limité, si on compare aux longs métrages américains, l’équipe de production a fait des miracles. Les cascades et les explosions sont spectaculaires, jumelées à des effets visuels soignés (à l’exception de la scène lorsque David atterrit sur une voiture à la suite de la détonation d’une bombe sur son propre véhicule).

La chimie entre les deux acteurs principaux est énergisante. On ressent le plaisir qu’ils ont à interpréter leurs personnages. Lucie Laurier et Sarah-Jeanne Labrosse sont de retour en tant que conjointe et fille de David. Une famille qui file le parfait bonheur. Malheureusement, ce n’est pas la même situation pour Martin qui doit faire face à des événements familiaux difficiles. Mariana Mazza interprète une nouvelle collègue, spécialiste en informatique, divertissante, un peu comme l’était Louis-José Houde dans le premier volet.

La semaine prochaine, il sera question du film Alien: Convenant.

Enfin, découvrez le site [www.actualite-dvd.com] afin de consulter les critiques et l’actualité DVD et Blu-ray.

Ma note: 8/10

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top