- PUBLICITÉ -
Ballerina, animation, critique, cinéma

Le film Ballerina raconte l’histoire de Félicie, une orpheline qui rêve de devenir une danseuse étoile.

Ballerina: L’art de croire en ses rêves!

La concurrence dans le monde du cinéma d'animation n'est pas facile pour les plus petits joueurs face aux géants tels que Pixar et DreamWorks Animation. Pourtant, même avec son budget plus «modeste», cette coproduction Canada-France prouve qu'on peut se démarquer.

La concurrence dans le monde du cinéma d’animation n’est pas facile pour les plus petits joueurs face aux géants tels que Pixar et DreamWorks Animation. Pourtant, même avec son budget plus «modeste», cette coproduction Canada-France prouve qu’on peut se démarquer.

En 1879, Félicie est une orpheline qui rêve de devenir une danseuse étoile. Avec son meilleur ami, Victor, un jeune inventeur de génie, ils s’échappent de leur orphelinat en Bretagne et empruntent un train pour la Ville Lumière. Sur place, une série de quiproquos l’amènera à devenir élève dans la distinguée école de danse de l’Opéra de Paris. Félicie devra mettre les bouchées doubles afin de se faire remarquer par les hautes instances de l’établissement afin d’avoir sa chance de réaliser son rêve: danser sur scène le ballet Casse-Noisette aux côtés d’une danseuse professionnelle.

Des scènes grandioses

Le long-métrage ne tente pas de surpasser les grands studios sur la qualité visuelle afin d’attirer les foules à comparer aux Américains qui bénéficient de budgets quatre à cinq fois plus élevés. Cela ne veut pas dire qu’on est devant une production médiocre, car les images sont magnifiques, fluides et plusieurs scènes sont même grandioses.

Par contre, il se distingue sur plusieurs autres points tels que la danse (arabesque, grand jeté et saut de biche), sans s’attarder aux détails techniques, afin de ne pas perdre l’attention des non-initiés.

L’époque est également très bien représentée, puisque les événements se passent à la fin du 19e siècle, offrant un réalisme et une minutie dans l’architecture parisienne avec ses réverbères, l’opéra Garnier tout illuminé, la tour Eiffel et la statue de la Liberté en construction.

Un scénario prévisible

Il n’en demeure pas moins que le scénario est assez prévisible et simplet. On nous démontre que la danse classique est une discipline exigeante, alors pourquoi nous faire croire qu’en seulement quelques jours, la jeune Félicie réussit à maîtriser cet art. Ce film s’adresse aux enfants qui, avec toute leur naïveté, ne peuvent comprendre réellement tout le travail et la détermination que la danse classique nécessite.

Félicie et Victor sont des personnages fringants et distrayants. Odette, la femme de ménage et ancienne danseuse, guidera Félicie afin qu’elle réalise son rêve. Madame LeHaut et sa fille Camille sont malheureusement trop caricaturales… mais les tout-petits apprécieront.

La semaine prochaine, il sera question du film Logan.

Enfin, découvrez le site [www.actualite-dvd.com] afin de consulter les critiques et l’actualité DVD et Blu-ray.

Ma note: 7,5/10

- PUBLICITÉ -
- PUBLICITÉ -
Top