- PUBLICITÉ -
Jean-Pierre Ferland - Steve Hill & The Majestiks

Jean-Pierre Ferland: Bijoux de famille - Duos Ferland - Steve Hill & The Majestiks: The Damage Done

Jean-Pierre Ferland – Steve Hill & The Majestiks

Jean-Pierre Ferland

Bijoux de famille – Duos Ferland

Tandem.mu

www.jeanpierreferland.com

Ne soyez pas surpris: voici donc un énième album de duos, cette fois avec Jean-Pierre Ferland qui a décidé de sortir momentanément de sa retraite afin de réaliser ce projet. C’est donc 16 chansons que Jean-Pierre Ferland nous propose de redécouvrir avec l’aide d’une dizaine d’interprètes connus, comme les Garou, Gilles Vigneault, Marie-Élaine Thibert, Natasha Saint-Pier, Jorane, Florence K, Lynda Lemay, Corneille, Lynn Jodoin et la jeune Miosa. Bien évidemment, les grands succès de Ferland figurent parmi les titres retenus, qu’il s’agisse de Je ne veux pas dormir ce soir, Qu’est-ce que ça peut bien faire, Je reviens chez nous, Le petit roi, Quand on aime on a toujours vingt ans, Un peu plus haut, un peu plus loin et Y’a pas deux chansons pareilles. En plus de ces succès quasi incontournables, Ferland nous réserve également quelques surprises comme cette nouvelle composition, Le chanteur est menteur, interprétée en trio avec Éric Lapointe et Kevin Parent, ou encore cette chanson tirée de son projet de comédie musicale, L’abdication, interprétée par Bruno Pelletier. Aussi, Jean-Pierre Ferland se fait plaisir en interprétant seul une chanson de Serge Reggiani, Il suffirait de presque rien. Sans parler ici d’un album réussi d’un bout à l’autre, c’est le lot de ce genre de disques, il faut dire que celui-ci comporte tout de même plusieurs bons moments valant leur pesant d’or. C’est sans doute ce qui explique pourquoi les «bijoux de famille» de Ferland ont déjà, un mois après la sortie de l’album, été certifiés Disque d’or. Preuve, s’il en fallait une de plus, qu’on l’aime, notre Jean-Pierre!
•••

Steve Hill & The Majestiks

The Damage Done

Disques Bros

www.stevehillandthemajestiks.com

Les amateurs de blues et de bon vieux rock le savent depuis belle lurette: Steve Hill est un guitariste exceptionnel, un virtuose de la six-cordes qu’il ne ménage d’ailleurs pas. Ses performances en spectacle ne laissent personne insensible. Mais, il faut être prêt à voir les décibels débouler. En attendant de le revoir sur scène, où on peut vraiment l’apprécier, Steve Hill, accompagné de la formation The Majestiks, nous invite à entendre ses «versions» de chansons interprétées à l’origine par les Yardbirds, Taj Mahal, Howlin’ Wolf, Don Nicks, Bob Seger et Robert Johnson. En plus de ces six emprunts, l’album comprend également sept compositions originales. Pour les besoins, Steve Hill s’est entouré de vieux complices qui, pour la première, ont l’occasion de jouer tous ensemble: le batteur Sam Harrisson, le bassiste Rock Laroche et le guitariste Johnny Flash. Quant au nom du groupe, les Majestiks, c’est le même que celui dans lequel jouaient le père de Johnny Flash et l’oncle de Rock Laroche dans les années 1960. Plus rock que blues, ce nouvel album de Steve Hill vous en mettra plein les oreilles… en attendant son retour sur une scène près de chez nous.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top