- PUBLICITÉ -
Ben Harper and Relentless 7 - Chris de Burgh

Ben Harper and Relentless 7: White Lies for Dark Times - Chris de Burgh: Footsteps

Ben Harper and Relentless 7 – Chris de Burgh

Ben Harper and Relentless 7

White Lies for Dark Times

Virgin – EMI

www.benharper.com

Après les Blind Boys of Alabama et les Innocent Criminals, Ben Harper, qui n’est jamais en perte d’idées, semble-t-il, s’associe, pour son nouvel album, avec un nouveau groupe qui a pour nom Relentless 7. Avant de nous proposer White Lies for Dark Times, un album regroupant 11 pièces, la nouvelle formation, qui doit sa venue à une rencontre dans un taxi en 1999, a eu l’occasion de jouer au Vote for Change Tour, en appui à Barack Obama, devant 10 000 personnes, et dans divers concerts dans de petites boîtes américaines. Le musicien de 39 ans a choisi ici de laisser de côté la musique soul et roots qu’il aimait bien pour se tourner, avec ses trois nouveaux musiciens, vers un son plus rock et plus blues, celui des années 1970. Ce changement de cap musical semble bien servir Ben Harper qui semble prendre ici beaucoup de plaisir à plonger dans le bon vieux rock des années 1970. Cela donne des pièces, mis à part quelques-unes ici et là, pour le moins tonifiantes et bien musclées que l’on aura plaisir cet été, toutes vitres baissées, à faire résonner dans la voiture, mais aussi à la maison!

Chris de Burgh

Footsteps

Ferryman Productions – Justin Time

www.cdeb.com

Bien connu pour ses chansons Spanish Train et Lady in Red, qui l’ont propulsé au sommet des palmarès à une certaine époque, tout comme pour son penchant pour la langue française qu’il aime bien manier à l’occasion, Chris de Burgh nous propose, pour son 24e album, de réécouter pas moins de 12 chansons des années 1970 qui l’ont fortement inspiré tout au long de sa longue carrière. Une carrière fort bien remplie, soit dit en passant, avec plus de 2 500 concerts à travers le monde et plus de 40 millions d’albums vendus. Donc, le musicien de 60 ans a retenu ici des chansons aussi variées que Turn, Turn,Turn (Yarbords), Africa (Toto), The Long and Winding Road, Black Bird, We Can Work It Out (Beatles) et All Along the The Watchtower (Bob Dylan). En outre, l’album comprend deux pièces originales, First Steps et Footsteps, qui respectivement ouvre et ferme cet album. Reconnu pour la qualité de sa voix, le chanteur irlandais, né en Argentine, n’est cependant pas ici des plus original et créatif, se contentant ici de reprendre presque note par note, son par son, les chansons qu’il a choisi de reprendre. Sans être tout à fait inintéressant, ce nouvel album de Chris de Burgh n’a cependant rien pour surprendre ceux et celles qui entendront ces différentes reprises.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top