- PUBLICITÉ -
Les racines du chaos

Les racines du chaos: Lux (Dargaud).

Les racines du chaos

Un accident qui n’en est pas vraiment un, voilà qui va entraîner un certain Alexander Ostojic, citoyen britannique d’origine yougoslave et chimiste à Scotland Yard, dans une bien drôle d’aventure quand celui-ci va chercher à découvrir qui était vraiment sa mère. Nous sommes au début des années 1950, au mois de mars 1953 pour être précis, à Londres, au début de la guerre froide. Alexander apprend que sa mère vient d’être renversée par une voiture, elle qui ne sortait jamais de sa résidence pour personnes âgées. Mais très vite, Alexander va découvrir qu’il ne connaissait pas vraiment sa défunte mère et que celle-ci était, en fait, au cœur d’un complot pour le moins surprenant. Ajoutons à cela, en toile de fond, cette visite officielle de Tito, dictateur communiste et chef de l’État yougoslave, attendu par le gouvernement britannique, en particulier par Winston Churchill et le duc d’Édimbourg.

Voilà les bases du diptyque Les racines du chaos qui vient de prendre son envol avec la parution du premier titre, intitulé Lux (Dargaud). Signée par le scénariste Felipe Hernández Cava, né à Madrid en 1953, et le dessinateur Bartolomé Seguí, né à Palma de Majorque en 1962, la série se veut un prometteur thriller où politique internationale, espionnage et Histoire se côtoient. Les deux Espagnols, bien connus pour leur travail dans leur pays, proposent, en effet, aux lecteurs de plonger ici dans une partie plus méconnue de l’histoire européenne, alors que la Yougoslavie tentait de tenir tête à l’U.R.S.S.

Les amateurs d’Histoire apprécieront ici la précision et la rigueur du travail de restitution historique effectué par Cava, le tout bien appuyé par le graphisme de Seguí. Les amateurs de thriller, eux, aimeront le rythme de l’intrigue qui les tiendra en haleine tout au long des 48 pages de ce premier de deux titres. Vivement la suite!

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top