- PUBLICITÉ -
- PUBLICITÉ -

anciennes publications

Bulles à lire: Les vacances de Bécassine

Après plusieurs décennies d’absence, un personnage phare de la bande dessinée reprend ces jours-ci du service. Il s’agit de Bécassine, une nounou bretonne qui, pendant plusieurs décennies, a bercé l’imaginaire de nombreux jeunes lecteurs qui découvraient alors ce qui allait devenir le neuvième art. Et pour son grand retour, Bécassine s’offre rien de moins que […]

L’Agent Jean: Épopée virtuelle

Après avoir empêché le vilain Castor de prendre le contrôle de l’organisation la plus ancienne, secrète et puissante de la planète, à savoir l’Agence, c’est le calme plat au sein de celle-ci. En fait, la Terre n’a jamais été aussi tranquille. Pas un méchant à l’horizon. Pas même un astéroïde qui pourrait frapper la Terre. Martha, patronne de l’Agence, décide donc de donner congé à tout le monde, au plus grand plaisir de l’Agent Jean.

La femme aux cartes postales

La vie est parfois étrange, imprévisible et même cruelle. Une décision prise un jour, et voilà le cours de notre vie changé à jamais. C’est ce qui arrive à une certaine Rose qui, un matin d’avril 1957, décide de quitter son village de Sainte-Émilie de Caplan, en Gaspésie, pour devenir ce qu’elle veut être, pour prendre sa place à elle. Sa destination? Montréal. Son but? Chanter sur les scènes des prestigieux cabarets de jazz de la métropole.

Une vie avec Alexandra David-Néel

Saviez-vous que le plus grand explorateur du XXe siècle est… une femme? Et que cette femme a pour nom Alexandra David-Néel? Surnommée «l’intrépide exploratrice du pays des neiges» ou encore «la femme aux semelles de vent», Alexandra David-Néel est née en 1868 à Saint-Mandé, une commune de France, et est décédée 101 ans plus tard, en 1969. Elle est devenue, en 1924, à l’âge de 55 ans, la première femme d'origine européenne à séjourner à Lhassa, la ville interdite, au Tibet, après une longue marche de huit mois effectuée avec son fils adoptif Aphur, et ce, déguisée en pèlerine tibétaine.

Bulles à lire: Les Vieux Fourneaux

Il faut se l’avouer: les personnes âgées ont rarement l’occasion de se faire valoir dans le merveilleux monde de la bande dessinée. Si certaines d’entre elles apparaissent dans des séries, comme le comte de Champignac dans Spirou et Fantasio, celles-ci n’en sont cependant pas les figures de proue. Voilà que cet impair envers nos aînés est finalement réparé avec la série Les Vieux Fourneaux…

Marsupilami – Pico Bogue – Petit Poilu

Nous voici en plein cœur de la semaine de relâche. Et qui dit semaine de relâche dit nécessairement davantage de temps pour les jeunes de s’adonner à diverses activités, qu’elles soient extérieures, ce qui est toujours bien, mais aussi intérieures, ce qui est également bien. Surtout, si ce temps est utilisé à lire…

Undertaker

Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’aime toujours regarder un bon film western. Et pour faire un bon western, cela prend des bons, des brutes et des truands. Le réalisateur Sergio Leone, pour un, l’avait bien compris. Mais voilà, les westerns semblent être révolus à l’ère des superhéros et de la science-fiction. C’est vrai au cinéma, et c’est aussi vrai en bande dessinée, où les séries westerns se font plutôt rares. On s’ennuie beaucoup d’un certain lieutenant Blueberry, à vrai dire. Heureusement qu’il y a Jonas Crow qui s’amène dans le décor!

Les beaux étés: Cap au sud!

«Elle court, elle court, la maladie d’amour. Dans le cœur des enfants, de sept à soixante-dix-sept ans… Elle chante, elle chante, la rivière insolente, qui unit dans son lit, les cheveux blonds, les cheveux gris…» C’était en 1973, et la chanson La maladie d’amour, de Michel Sardou, était numéro 1 sur toutes les radios francophones. Comme c’est souvent le cas, une chanson marque souvent un moment précis d’une vie. Et cette chanson de Michel Sardou, c’est justement le fil conducteur de cette jolie tranche de vie que nous proposent le scénariste Zidrou et le dessinateur Jordi Lafebre avec l’album Cap au sud! (Dargaud), premier album d’une nouvelle série qui a pour titre Les beaux étés.

Gaston Lagaffe et monsieur De Mesmaeker

Ils sont plusieurs à avoir évidemment marqué le merveilleux monde du neuvième art au fil des décennies. Parmi eux, il ne faut surtout pas omettre le nom d’André Franquin, auteur belge qui a débuté dans la bande dessinée en 1946. On lui doit l’excellente reprise des aventures de Spirou et Fantasio, en plus d’avoir créé de savoureux personnages avec Modeste et Pompon, le Marsupilami et Gaston Lagaffe en tête. Mais, il ne faut pas oublier les personnages secondaires que celui-ci a imaginés. Parmi eux, monsieur De Mesmaeker qui va malheureusement croiser Gaston Lagaffe dans ses innombrables tentatives de signer ce fameux contrat!

- PUBLICITÉ -