- PUBLICITÉ -
Notes du calepin - 15 juin 2011

Notes du calepin – 15 juin 2011

Au travers cette crise qui a secoué, la semaine dernière, le Parti québécois et sa chef, Pauline Marois, il a notamment été question de «vote libre», une notion qui, curieusement, en société démocratique, ne pèse pas bien lourd. Ceux et celles qui suivent la politique savent que la «ligne de parti» est celle que doivent suivre les membres et les élus. Quand on se présente sous la bannière d’une formation politique et, surtout, quand on est élu, il faut, en effet, se plier à cette notion de «ligne de parti» lorsque vient le moment de voter pour ou contre un projet de loi ou quand vient le temps de commenter un dossier quelconque. Que l’on soit au pouvoir ou dans l’opposition, la «ligne de parti» est de rigueur et le «vote libre» tout à fait absent. Il me semble que cette notion est tout à fait archaïque et tout à fait antidémocratique, nous qui souhaitons à d’autres nations le droit à la parole et à la liberté de voter. Pourquoi cette foutue notion de «ligne de parti» est-elle toujours en force… en 2010? Il me semble qu’un élu a le droit, à l’occasion, d’être contre une position de son parti et qu’il a tout à fait le droit d’avoir la liberté de voter contre ou de le manifester. Cela n’est pas, à mon avis, un manque de respect envers son chef, mais bien une marque de respect envers soi-même et ses électeurs. Aussi, pourquoi un député ne pourrait-il pas être en faveur d’une position du parti adverse de temps à autre? Tout n’est pas noir, tout n’est pas blanc, dans la vie. Malgré cette crise au sein des troupes péquistes, je ne crois pas que cette notion de «ligne de parti» sera appelée à disparaître. C’est fort malheureux, car il serait plus que temps de modifier la manière de faire la politique si nos politiciens souhaitent avoir un peu plus de respect de la part des gens. Qu’en pensez-vous?

 

Je ne vais rien vous apprendre en disant que le beau temps tarde toujours à s’installer. Et nous sommes à une semaine du début de l’été! Cela n’a pas empêché la mise en place de plusieurs activités estivales pour les semaines à venir. Comme déjà mentionné dans cette chronique, les Dimanches sur la promenade, présentés par le Service des arts et de la culture de la Ville de Saint-Eustache, seront de retour à l’arrière de l’église Saint-Eustache pour une série de huit spectacles extérieurs et gratuits à compter du 3 juillet. Aussi, les Beaux Dimanches à Saint-Placide prendront de nouveau l’affiche avec trois spectacles extérieurs en juillet et deux autres en août, face à l’église Saint-Placide. Enfin, la Ville de Mirabel récidivera avec sa formule Vari-Été, une série de neuf spectacles extérieurs, le mardi soir, dans les différents secteurs mirabellois. Bien évidemment, plusieurs autres activités viendront ponctuer la période estivale, un peu partout dans la région. Surveillez nos journaux pour connaître tous les détails entourant ces différents spectacles et activités estivales.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top