- PUBLICITÉ -
Yvan Patry dénonce l’insouciance et le mépris des libéraux

Photo Michel Chartrand - Yvan Patry a décrit Stephen Harper comme étant un homme de tête, qui fait ce qu’il dit et qui sait où il va, allant jusqu’à le comparer à Pierre-Elliot Trudeau et René Lévesque.

Yvan Patry dénonce l’insouciance et le mépris des libéraux

Dossier d’acquisition des avions F-35

En réaction à la venue du député libéral Marc Garneau à Mirabel, quelques jours plus tôt, le candidat conservateur dans la circonscription d’Argenteuil-Papineau-Mirabel, Yvan Patry, n’a pas mâché ses mots en qualifiant de «propagande erronée et mensongère» la démarche de M. Garneau et du Parti libéral du Canada dans le dossier d’acquisition des avions F-35.

Selon lui, affirmer que «l’annulation du contrat des F-35 se ferait sans douleur», prouve non seulement l’insouciance de M. Garneau et son parti, mais un mépris manifeste à l’égard des travailleurs et des familles de la région. «Il faut avoir du culot pour venir dans une circonscription et s’engager à compromettre un projet aussi vital pour l’économie régionale et pour tout le secteur de l’aéronautique», a-t-il soutenu.

Rappelons que M. Garneau, accompagné pour l’occasion des candidats libéraux de la région, est venu annoncer, le vendredi 8 avril dernier, la réouverture d’une tour de contrôle à Mirabel, advenant l’élection de son parti et dénoncer le processus d’acquisition des avions F-35, sans appel d’offres et sans garanties de retombées industrielles.

Or, selon M. Patry, le processus d’achat des avions de chasse F-35 par le gouvernement fédéral se traduirait de façon concrète par la création de dizaines de milliers d’emplois au cours des 30 prochaines années. «M. Garneau sait-il seulement que le choix de Lockheed Martin par le Canada comme étant le seul constructeur ayant les capacités de construire ce chasseur ultramoderne a été fait entre 1997 et 2001, alors que ce sont les libéraux qui étaient au pouvoir?», a-t-il soulevé, en conférence de presse, le mardi 12 avril dernier.

Quant aux coûts relatifs au projet d’acquisition, M. Patry maintient le cap, soulignant que les chiffres du ministère ont été établis par des experts non partisans et que prétendre le contraire n’est pas réaliste. «Mais qu’est-ce qu’ils mettent dans leurs avions pour dire qu’ils coûteront le double?», a-t-il ironisé.

Garanties de retombées industrielles

Enfin, invité à commenter la déclaration de M. Garneau à l’effet qu’aucune garantie de retombées n’avait été négociée dans ce dossier, M. Patry a répondu ainsi: «Mais de quoi les Québécois ont-ils peur? Ce contrat prévoit des retombées en sous-contrats de 12 milliards de dollars. Le Canada compte 80 000 emplois en aéronautique, dont la moitié se trouve au Québec. Selon vous, qui possède l’expertise, les installations et les connaissances pour effectuer ces contrats?», a-t-il demandé. «L’entretien de ces avions va se faire ici, à Mirabel, en tout cas c’est ce qu’on va vouloir avoir. Parce que l’expertise ouvrière, c’est ici qu’elle se développe», a-t-il ajouté.

M. Patry a terminé son point de presse en sommant les Québécois de cesser d’avoir peur. «De quoi avons-nous peur mes amis? Le bilan des conservateurs n’est-il pas la preuve irréfutable que ce gouvernement mérite d’obtenir une majorité qui lui permettra de mener à bien les dossiers et les politiques porteurs d’avenir pour les prochaines générations.»

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top