- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Une volonté des citoyens, précise le RCPE

L'annexion d’une partie de Boisbriand à Saint-Eustache

Selon le Regroupement Citoyens à part entière (RCPE), une organisation qui rassemble des citoyens des secteurs des 64e et 65e avenues, à Boisbriand, l'argumentaire mis de l’avant par la mairesse boisbriannaise Sylvie Saint-Jean pour refuser l’annexion d’une partie de son territoire à Saint-Eustache n’est pas valable, car elle ne représente pas la réalité et la volonté de citoyens du secteur visé.

«Cette volonté d’annexion à la Ville de Saint-Eustache et les initiatives qu’elle a suscitées depuis de nombreuses années relèvent uniquement de la volonté commune d’un certain nombre de personnes directement concernées, de mettre fin à la situation qu’ils vivent à titre de citoyens de seconde zone de Boisbriand», a déclaré le RCPE, par voie de communiqué, vendredi dernier.

Par ailleurs, l’organisation reprend des déclarations de la mairesse, selon lesquelles «la Ville de Saint-Eustache a toujours affirmé qu’elle souhaitait cette annexion pour corriger la situation des lots […] qui se trouvent à la fois dans les deux municipalités, ainsi que pour embellir l’aménagement de son entrée de ville dans le secteur est.»

Le comité ajoute que cette même ligne de pensée anime le projet d’annexion à plus grande échelle que projette la Ville de Saint-Eustache: «Nous avons multiplié les démarches dans la plus grande transparence et dans la seule volonté d’améliorer nos vies de contribuables aux prises avec une absence de véritables services municipaux que devrait offrir Boisbriand», dit-il.

Le Regroupement Citoyens à part entière dit déplorer l’attitude de Boisbriand envers l’administration eustachoise, alors que, selon le RCPE, «tout est parti, comme le démontrent les faits, de l’initiative même des gens concernés pour améliorer leur sort».
«Il fallait voir ce que Saint-Eustache en pensait, déclare le RCPE en conclusion. L’écoute a été positive et un procédurier a donc été développé jusqu’à cette regrettable fin de non-recevoir qu’oppose Boisbriand à ce projet d’annexion. Nous allons maintenant étudier toutes les alternatives qui se présentent à nous.»

Le Regroupement Citoyens à part entière estime en effet que si le dossier se rend jusque sur la table de la ministre des Affaires municipales et des Régions du Québec, celle-ci doit respecter la volonté des citoyens et accepter le projet d’annexion. Le projet doit cependant passer l’étape du registre et, éventuellement, du référendum avant d’en venir là.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top