- PUBLICITÉ -
Une vision stratégique et un plan d’action avant la fin de l’année

(Photo Michel Chartrand) - Marc Lauzon, maire de Deux-Montagnes, en compagnie de Stéphane Patrie, 2e vice-président de la Chambre, Richard Tassé, Caisse Desjardins Saint-Eustache–Deux-Montagnes, et Bertrand Samson, BSA Groupe-conseil, deux commanditaires de l’évènement.

Une vision stratégique et un plan d’action avant la fin de l’année

Dîner annuel du maire de Deux-Montagnes

Tradition oblige, la Chambre de commerce et d’industrie Saint-Eustache–Deux-Montagnes–Sainte-Marthe-sur-le-Lac recevait, mercredi dernier, Marc Lauzon, dans le cadre de son Dîner annuel du maire de Deux-Montagnes.

Intitulée Nos défis – Nos atouts – Notre avenir, l’allocution du maire a débuté par un bref historique de la Ville fondée en 1921, sous le nom de Saint-Eustache-sur-le-Lac. Dix ans plus tard, au moment de la construction de l’hôtel de ville, 215 personnes y habitaient en permanence, alors que quelque 2 000 plaisanciers venaient y passer leur été. Rebaptisée Cité de Deux-Montagnes en 1963, elle porte aujourd’hui le nom qu’on lui connaît: Ville de Deux-Montagnes. Ont suivi les années 70, 80 et 90, avec le développement résidentiel, la récession suivie d’une relance économique.

Neuf décennies après sa création, la Ville de Deux-Montagnes arrive à la croisée des chemins, alors qu’elle a atteint sa pleine maturation au niveau du développement – 17 000 personnes se partagent un territoire de 5,8 km2 déjà presque pleinement occupés – sans compter l’absence d’industrie et la présence discrète d’une centaine de commerces tout au plus.

Ville-dortoir, Deux-Montagnes puise présentement 90 % de ses revenus de taxes foncières auprès de ses citoyens résidentiels. Autre constat préoccupant: le vieillissement de ses infrastructures. «Nos infrastructures souterraines et nos bâtiments municipaux sont à rénover. Le processus a été amorcé en 2008 par la réfection de l’usine de filtration d’eau et le début des travaux sur nos conduites souterraines», a souligné la maire.

D’où la hausse moyenne de 13,6 % de l’avis d’imposition cette année. Une décision nécessaire, selon le maire. «Ce fut la décision la plus crève-cœur de ma carrière politique. Une décision difficile et impopulaire, mais dictée par notre réalité. Un coup de barre essentiel pour le maintien de notre qualité de vie collective», a-t-il soutenu.

Vision stratégique et plan d’action

Afin de partager ses préoccupations avec l’ensemble des citoyens et avec eux, décider de la suite des choses, la Ville tenait en juin dernier ses premiers États généraux, auxquels plusieurs centaines de personnes ont participé. De cette rencontre, huit comités consultatifs de citoyens dont les travaux ont débuté en décembre 2010 sont nés. Au total, ces 61 citoyens, accompagnés de fonctionnaires et de spécialistes, devront proposer au conseil des solutions et des pistes d’action, en fonction de leur impact positif sur la viabilité économique et financière de la ville deux-montagnaise.

«Nous savons qu’il s’agit d’un travail de longue haleine. Cette démarche entamée depuis quelque temps déjà doit être intensifiée. Nous devons tous mettre l’épaule à la roue et accélérer ce grand vent de changement. Pour attirer de nouveaux commerçants et les voir prospérer, nous devons créer un climat et un environnement favorables», a ajouté le maire Lauzon.

Ce dernier a clos son allocution en annonçant qu’avant la fin de l’année et à la suite du dépôt des rapports des comités consultatifs: «Nous allons présenter à notre population une vision stratégique et un plan d’action à cet effet.»

Pour connaître les prochaines activités de la Chambre, visitez le site: [www.chambrecommerce.com].

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top